A bas la loi martiale ! Reversons le régime US-Duterte !

Rodrigo Duterte a déclaré la loi martiale à Mindanao pour organiser sa guerre destructrice à Marawi, intensifier et étendre Oplan Kapayapaan et imposer son règne tyrannique et terroriste à travers le pays.

Au nom de la « lutte contre le terrorisme », Duterte a bombardé Marawi avec un mépris total pour la vie, les biens et les moyens de subsistance des marawiens et des autres habitants de la ville. Des centaines de milliers de personnes ont été évacuées, plus de 1 200 ont été tuées et pas moins de 800 sont toujours portées disparues. C’est le plus grand crime de Duterte contre le peuple sous la loi martiale. Mais ce n’est pas son seul crime.

Utilisant le pouvoir militaire, Duterte et ses subordonnés des Forces Armées des Philippines (AFP) ont commis un grand nombre de crimes contre le peuple philippin. Tous les jours, sous la loi martiale et Oplan Kapayapaan, des centaines de barangays, en particulier dans l’arrière-pays de Mindanao, sont sous occupation, surveillance, restriction et oppression de l’AFP ; pilonnés par des bombes et par l’artillerie et menacés d’être le prochain Marawi.

La loi martiale de Mindanao est une guerre contre les masses laborieuses ; une oppression armée du peuple sans armes. Des centaines de personnes sont persécutées et accusés par des preuves forgées de toutes pièces. Tous les trois jours, une nouvelle victime d’exécutions extrajudiciaires par l’AFP et ses sbires armés est ajoutée à une liste de plus en plus longue. Tous les jours, le peuple subit l’intimidation, les menaces et les assauts des troupes fascistes de l’AFP.

L’imposition de la loi martiale de Mindanao est un élément clé de la guerre de suppression de l’Oplan Kapayapaan conçue par les États-Unis à travers le pays. Les États-Unis jouent un rôle central dans le soutien de la loi martiale. À Marawi, des responsables américains, des conseillers et des troupes militaires sont intervenus ouvertement en pilotant des drones et en larguant des bombes.

Avec le soutien des États-Unis, l’AFP utilise ses pouvoirs illimités à Mindanao pour mener sa guerre contre le peuple à travers le pays. En étendant la loi martiale à Mindanao, le régime de Duterte souhaite “normaliser” le recours au terrorisme par l’État réactionnaire et rendre son méfait acceptable.

Duterte utilise des tactiques de loi martiale dans tout le pays. Aujourd’hui, des millions de personnes vivent sous un régime militaire dans toute l’archipel. En raison de la loi martiale à Mindanao, les troupes et les responsables de l’AFP sont encouragés à abuser de leur pouvoir, à abuser des droits de l’homme et à réprimer les luttes démocratiques des masses.

Duterte utilise la loi martiale à Mindanao pour intimider le peuple philippin et montrer que rien ne peut entraver son pouvoir. C’est un élément clé de son règne tyrannique et terroriste à travers le pays.

Récemment, Duterte a destitué le président de la Cour suprême qu’il a déclaré comme un ennemi. Duterte a eu recours à une manœuvre légale douteuse (quo warranto au lieu de mise en accusation), bien que la force réelle de cette manœuvre soit son pouvoir tyrannique. C’est aussi la force qui sous-tend ses efforts visant à contrôler entièrement le Sénat afin de le faire consentir à son système de modification des lois pour se maintenir au pouvoir sous la forme d’une transition vers une forme de gouvernement fédéral.

Le peuple philippin doit faire avancer ses luttes pour mettre fin à la loi martiale à Mindanao, à Oplan Kapayapaan et à la domination de Duterte.
La lutte armée révolutionnaire doit être menée avec assiduité en tant que principale forme de résistance contre le régime fasciste. En raison de la répression armée de Duterte, la nécessité de prendre les armes pour se défendre contre le fascisme et faire avancer la cause révolutionnaire du peuple devient de plus en plus claire.

Avec des mesures tyranniques et terroristes, Duterte continue à se mettre à dos un nombre croissant de personnes. La colère du peuple bouillonne toujours. La résistance des secteurs de base contre le fasciste Duterte et l’AFP grandit dans la mesure où leur cause démocratique avance. Les rangs des organisations, des partis, des institutions et des personnalités qui demandent son éviction du pouvoir grossissent.

Le front uni anti-Duterte doit être encore élargi et renforcé à l’échelle nationale. Cela repose principalement sur l’étendue et la force des secteurs démocratiques de base. Ainsi, cela devrait apporter un soutien sans faille aux luttes anti-fascistes des masses laborieuses afin de réclamer justice pour tous les crimes fascistes perpétrés par l’AFP, dénoncer et combattre les violations des droits humains et soutenir le soulèvement généralisé contre le terrorisme et la tyrannie de Duterte.

Ang Bayan
Parti Communiste des Philippines
23 mai 2018

Source: https://www.philippinerevolution.info/statements/20180523-end-martial-law-overthrow-the-us-duterte-regime

Narkana

Coordinateur pour Redspark français