Kobad Ghandy : un spectre hante le monde

“Le risque d’une nouvelle grande dépression, pire que la première, augmente de jour en jour”.– Nouriel Roubini

“Cela pourrait se transformer en crise financière. Nous assisterons à une augmentation des défauts et des faillites d’entreprises. Ce pourrait être comme dans les années 1930”. – Carmen Reinhart (professeure d’économie et de finances à la Kennedy’s School of Govt de Harvard)

“La pire crise financière depuis la Grande Dépression de 1929”. – un analyste vétéran de la CNBC (Consumer News and Business Channel)

Jim Richards, ancien conseiller de la CIA et du Pentagone ainsi que de la Fed, a mis en garde contre un effet domino en cinq étapes aux États-Unis (probablement dans un avenir très proche, dit-il) :

1er domino : la dépression conduisant à un chômage massif, avec plus de 50% des personnes en danger de perdre leur travail. Avec des gens enfermés et sans capacité d’achat en raison du chômage et de l’isolement, il n’y aura pas de demande de biens. Et avec le confinement pour la première fois dans l’histoire, nous avons un choc de l’offre et de la demande. Comme cette crise ne commence pas par un effondrement financier (comme en 1930 et 2009), la réduction des taux d’intérêt et l’injection d’argent n’auront pas d’effet à long terme pour relancer l’économie.

2ème domino : les faillites massives car il n’y aura pas de demande de biens, donc pas de ventes.

3ème domino : la contagion s’étendra à l’immobilier dans la mesure où les gens seront incapables de payer leurs crédits… ce marché de 16 000 milliards de dollars s’effondrera.

4ème domino : l’effondrement du secteur bancaire avec un resserrement du crédit, dû à l’effondrement du crédit à la personne et aux faillites dans l’industrie.

5ème domino : l’effondrement complet de notre société et de l’État de droit. Des pourparlers secrets préparant la loi martiale ont déjà lieu au sein de l’armée.

C’est peut-être le pire des scénarios, mais les faits sur la table poussent certainement dans cette direction. En fait, deux sceptres hantent le monde. Le Covid-19 et une catastrophe économique. Le Covid n’est que la continuation des nombreuses souches de virus qui ont frappé le monde au cours des deux dernières décennies. Ce dernier ravive les souvenirs des horreurs de la Grande Dépression des années 1930 et de la misère de masse qui l’a accompagnée. Il est difficile de dire lequel des deux sera le plus meurtrier à l’heure actuelle, mais déjà en Inde, nous voyons le sort de millions de migrants qui n’ont ni nourriture à manger ni moyen de transport pour retourner dans leurs villages ; et le traumatisme de millions d’autres qui sont enfermés dans leurs maisons (pour la plupart des maisons minuscules, avec des familles entières) avec leur source de revenus détruite. L’avenir est des plus incertains ; probablement qu’un cocktail des deux pourrait dévaster des régions entières du monde, bien pire que la Grande Dépression.

La réalité est que les principales économies du monde étaient déjà entrées dans une crise grave à la fin de l’année dernière, bien pire que la Grande Récession de 2008/09, et qu’elles s’orientaient dans une direction similaire (ou pire) à celle des années 1930. Le crash semblait inévitable, Covid ou pas Covid. Le confinement a, bien sûr, décuplé la situation déjà mauvaise.

Un certain nombre de questions se posent dans ce double scénario. Premièrement, où se seraient dirigées les économies mondiales s’il n’y avait pas eu de pandémie/confinement ? Deuxièmement, comment se fait-il qu’au cours des dernières décennies, de nouvelles souches de virus, toutes plus mortelles les unes que les autres, continuent d’apparaître ? Troisièmement, une mesure aussi radicale que la “distanciation sociale” et le “confinement” étaient-elles les seules façons d’y faire face, ou aurait-il pu y avoir une autre méthode plus efficace, moins dommageable pour l’économie et la vie des gens ? Quatrièmement, quelle est la source de ce virus (ou des précédents) ; et pourquoi a-t-il fallu que 62 pays, dont l’Inde, adoptent une résolution à l’Assemblée mondiale de la santé (qui fait partie de l’ONU) pour “identifier la source zoonotique” et demander une “évaluation impartiale, indépendante et complète” de la réponse de l’OMS au Covid-19 (qui a été le principal responsable de la promotion mondiale de la méthode adoptée – distanciation sociale et confinement) ? Et ironiquement, pourquoi les deux pays les plus suspects – les États-Unis et la Chine – refusent-ils de participer à cette résolution ? Les zoonoses sont des maladies transmises des animaux/insectes aux humains, comme la grippe aviaire, la grippe porcine, le Nipah, l’Ebola, la dengue et beaucoup d’autres maladies anciennes comme le paludisme.

Ces questions et bien d’autres restent sans réponse et, les médias internationaux n’ayant qu’un seul centre d’intérêt, les gens s’embrouillent dans la réalité, car certaines questions défient la logique ; tout naturellement, de nombreuses théories font le tour du monde. Pourtant, essayons de déchiffrer une partie de la vérité à travers ce labyrinthe sur le seul front économique, et commençons par l’état de l’économie avant le confinement, qui a commencé vers la fin du mois de mars 2020 après que l’OMS déclare le Covid-19 comme une pandémie le 11 mars 2020.

  • État de l’économie mondiale avant la pandémie.
    Toutes les économies développées des États-Unis, de l’Europe et du Japon étaient déjà dans un état de déclin sévère bien avant que la pandémie n’éclate. Prenons d’abord les États-Unis, de loin la plus grande économie du monde. Même avant la pandémie, l’économie américaine s’était massivement contractée de 4,8 % au cours du premier trimestre 2020, le pire recul depuis 2008 ; elle avait constamment réduit ses taux d’intérêt de 2,5 % à 1,25 %, puis le 15 mars 2020 à 0 %. Elle a également débloqué le paquet standard d’assouplissement quantitatif (Quantitative Easing) de 700 milliards de dollars, le portant par la suite au niveau le plus élevé jamais atteint de 3 000 milliards de dollars. L’assouplissement quantitatif (essentiellement l’impression de billets, c’est-à-dire les emprunts) et les faibles taux d’intérêt ont été les deux panacées monétaires standard pour les économies en crise.

Le Japon, troisième économie mondiale, stagne depuis des années et s’est massivement contracté de 7,1 % au cours du dernier trimestre de 2019. Désespéré de passer au travers de la tempête, il a adopté plusieurs plans de relance et approuvé le plus grand plan de son histoire, d’un montant de 530 milliards de dollars, qui a ensuite été porté progressivement à un montant massif de 2 000 milliards de dollars. Les taux d’intérêt au Japon sont restés longtemps en dessous de zéro.

En Europe, au premier trimestre 2020 (janvier-mars), l’économie allemande s’est contractée de 2 %, celle de la France de 5,8 %, celle de l’Italie de 4,7 % et celle de l’Espagne de 5,2 %, dépassant de loin le précédent record de 2,6 % établi en 2009. Le Royaume-Uni a reculé de 2 % et les autres pays européens ont connu une situation encore plus grave. En ce qui concerne le Royaume-Uni, le Guardian a rapporté dans son édition (15 mai 2020) que l’économie ralentissait déjà en février et qu’en mars, elle avait reculé de 6 %, le plus haut niveau depuis le début des relevés en 1997. Comme tous les autres pays, le Royaume-Uni pompe énormément pour maintenir l’économie à flot. La Banque d’Angleterre prévoit que la récession sera la pire des 300 dernières années.

L’économie de l’Union européenne dans son ensemble s’est contractée de 3,5 % au premier trimestre 2020, la pire chute trimestrielle depuis que l’Union a commencé à collecter des données en 1995. Le 20 mars, les taux d’intérêt en Europe étaient tous autour de 0 % alors que celui du Royaume-Uni était de 0,1 % ; celui du Danemark était de -0,6 % et celui de la Suisse de -0,75 %. Avec les nouveaux signes de faiblesse économique, la BCE a poussé son taux d’intérêt de référence encore plus bas en septembre 2019, à moins 0,5 %. La Suède, la Suisse et le Danemark ont également maintenu leurs taux dans le rouge, tout comme le Japon. Tout cela, bien avant le début du confinement.

L’économie chinoise, la deuxième du monde, s’est contractée de 6,8 % au cours des trois premiers mois de 2020 par rapport à la même période l’an dernier – sa plus forte baisse en près de trois décennies, la production industrielle et les dépenses intérieures du pays s’étant arrêtées sous le choc sans précédent de la pandémie de coronavirus. Bien sûr, c’était après que le Covid l’ait frappé.

De plus, les prix des matières premières ont commencé à s’effondrer dès la fin février. Le prix du pétrole américain a perdu la moitié de sa valeur en moins de deux semaines dans la seconde moitié de février, ayant chuté à 24,5 dollars le baril, son plus bas niveau depuis 2003.

Ces chiffres doivent être bien compris. En 2017, j’avais écrit depuis la prison [dans l’article : “L’Inde et le nouvel ordre mondial en évolution” dans le numéro du 18 septembre 2017 de Mainstream] que “Avec tous les indicateurs en baisse, The Economist prévient que la loi de Sod décrète que tôt ou tard, les décideurs politiques seront confrontés à une autre récession. Et, ajoute le journal, le danger est que cette fois, ayant épuisé leur arsenal (c’est-à-dire les manipulations monétaires de l’assouplissement quantitatif et des faibles taux d’intérêt), les gouvernements et les banques centrales n’auront plus de munitions pour lutter contre la prochaine récession”.

Plus tôt dans le même article, j’avais averti que “malgré ces mesures désespérées, l’assouplissement quantitatif massif et les taux d’intérêt proches de zéro, voire négatifs, semblent bien loin, et le déclin économique se poursuit. Au cours des cinq années qui nous séparent de la fin 2016, les bénéfices de la SNCM ont chuté de 25 %. Les rendements des investissements ont atteint leur niveau le plus bas depuis deux décennies. La majorité des géants ont enregistré une croissance lente. Selon un rapport de la CNUCED, les taux de croissance de l’Europe et du Japon continuent de stagner à des niveaux proches de zéro, alors qu’aux États-Unis, ils devraient ralentir à 1,6 % en 2016 (en fait, aux États-Unis, la croissance du premier trimestre de 2017 a été la plus faible en trois ans, avec 0,7 %). Le rapport indique que la croissance du commerce mondial a ralenti de manière encore plus spectaculaire pour atteindre seulement 1,6 % en 2016, soit un point de pourcentage de moins que la production mondiale”.

J’ai également ajouté dans cet article que, même avant la crise, selon Thomas Picketty, pendant toute la période de mondialisation, seul le premier pour cent de la population a obtenu une richesse phénoménale, tandis que le reste a été terriblement perdant. Et après 2008, la situation s’est encore aggravée en raison des mesures d’austérité prises par les différents gouvernements. L’argent destiné à l’aide sociale a été détourné pour renflouer les banques. Par exemple, le Royaume-Uni a eu recours à des mesures d’austérité d’une ampleur jamais vue de mémoire humaine, en réduisant les paiements d’aide sociale, les retraites et les services financés par le gouvernement. Les personnes qui ont un emploi gagnent 15 % de moins qu’il y a dix ans (ce qui était déjà faible en raison d’années de mondialisation) et les étudiants sortent de l’université avec des dettes de 40 000 dollars.

Il était clair qu’après la grande récession de 2008-2009, une crise grave se préparait car ils n’ont pas pu s’en remettre et, malgré des mesures désespérées, ils ont tout juste réussi à maintenir leur économie à flot. Bien que l’économie américaine ait connu des cycles de crise continus depuis la Seconde Guerre mondiale (1957, 1960, 1973, 1980 et 2001 avec le crash de la Dot Com) et que le monde n’ait jamais connu de crise aussi grave que celle de 2009, qui a presque pris la forme de la Grande Dépression des années 1930. Mais même dans cette situation, le PIB a diminué de 4,3 % au cours de la récession de 18 mois, tandis que le chômage a atteint un pic de 10 %, ce qui est mineur par rapport à ce que nous observons aujourd’hui.

Dans d’autres pays du monde, la situation a été encore pire. La crise économique qui a frappé les anciens membres de l’Union soviétique dans les années 1990 a été presque deux fois plus intense que la Grande Dépression des années 1930 dans les pays d’Europe occidentale et aux États-Unis. Le niveau de vie moyen a enregistré une chute catastrophique au début des années 1990 dans de nombreuses régions de l’ancien bloc de l’Est, notamment dans les États post-soviétiques. Même avant la crise financière de 1998, le PIB de la Russie représentait la moitié de ce qu’il était au début des années 1990. Certaines populations sont encore plus pauvres aujourd’hui qu’en 1989 (par exemple, l’Ukraine, la Moldavie, la Serbie, l’Asie centrale, le Caucase). L’effondrement de l’économie planifiée soviétique et le passage à l’économie de marché ont entraîné une baisse catastrophique du PIB d’environ 45 % au cours de la période 1990-1996 et la pauvreté dans la région a plus que décuplé.

C’est dans ce scénario continu de crises économiques mondiales (à l’exception de la Chine) que nous devons envisager le ralentissement massif qui a précédé le confinement du Covid. Compte tenu de ces facteurs, même s’il n’y avait pas eu de confinement, la crise économique aurait probablement atteint les niveaux de la Grande Dépression ; aujourd’hui, elle sera bien pire. Pourtant, les médias ne disent pas un mot sur l’état de l’économie mondiale avant le verrouillage, et la pandémie est arrivée par coïncidence en même temps que le krach économique. Et s’ils parlent du krach économique actuel, ils attribuent commodément la responsabilité à la pandémie. Cela déforme la réalité et ne présente qu’une demi-vérité.

Passons maintenant à l’impact du confinement sur l’économie.

  • Impact du confinement
    Le 30 janvier 2020, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a déclaré que le Covid-19 était une “urgence de santé publique de portée internationale”. Jusqu’alors, le nombre de décès en dehors de la Chine n’était que de 170 et les cas suspectés étaient au nombre de 7 736 dans le monde. Ce qui ne justifie pas une “urgence de santé publique de portée internationale”. Puis, le 11 mars, l’OMS a déclaré qu’il s’agissait d’une pandémie après que le nombre de décès “attribués” à Covid-19 par l’université John Hopkins ait atteint 4 300 dans le monde. Le terme “attribués” est important car il ne désigne pas directement les décès “causés” par le Covid-19. En d’autres termes, même ces “décès” étaient spéculatifs et présomptifs, et non définitifs ; pourtant, la pandémie a été déclarée avec seulement 4 300 décès dans le monde. Étrange, c’est le moins qu’on puisse dire !

Indépendamment de la question de savoir si le confinement était la meilleure option pour l’instant, même les estimations les plus prudentes donnent l’impression que le confinement, sur fond de déclin déjà important des économies, va être ahurissant ; bien pire que la Grande Récession de 2008-2009, mais aussi que la Grande Dépression des années 1930. Nous avons déjà vu qu’au premier trimestre (c’est-à-dire avant l’entrée en vigueur de l’embargo), la plupart des grandes économies étaient déjà en grave récession, la plus grave jamais enregistrée.

Si nous examinons les chiffres comparatifs, pendant la Grande Dépression, le PIB mondial a diminué de 26,7 % au cours des 43 mois de sa durée entre 1929 et 1933 — soit une contraction d’environ 6,5 % chaque année. Lors de la grande récession de 2008-2009, le PIB des États-Unis a chuté de 4,3 % et n’a pas repris avant 2011. L’emploi a diminué de 8,6 millions de personnes. Si nous prenons des chiffres comparatifs pour aujourd’hui, nous constatons que Goldman Sachs a prédit une baisse du PIB au deuxième trimestre de 26 à 40 % aux États-Unis et, jusqu’à la fin avril, pas moins de 26 millions de personnes ont déposé une demande d’emploi. Cette fois, les États-Unis ont mis en place le plus grand plan de relance de leur histoire, d’un montant de 3 000 milliards de dollars, et les taux d’intérêt ont également été réduits à zéro du jour au lendemain.

Si l’on considère les autres économies, le FMI prévoit une baisse de 8 % pour 2020 pour l’UE, le Royaume-Uni se contractant de 30 % au cours du premier semestre de l’année en cours, l’Italie se contractant de 18 % au deuxième trimestre.

La pandémie de coronavirus (COVID-19) affecte les économies d’Amérique latine et des Caraïbes par le biais de facteurs externes et internes, dont l’effet combiné entraînera la pire contraction que la région ait jamais connue, dépassant celles observées en 1914 et 1930. Selon les dernières estimations, une contraction régionale moyenne de 5,3 % est prévue pour 2020, a indiqué la CEPAL (Commission économique des pays d’Amérique latine) lors du lancement d’un nouveau rapport.

Les analystes interrogés par Reuters s’attendent à ce que l’économie japonaise se contracte de 22 % entre avril et juin, ce qui serait la plus forte baisse jamais enregistrée. Le gouvernement japonais a déjà annoncé un plan de relance record de 2 000 milliards de dollars, ce qui représente plus de 40 % de son PIB, et la Banque du Japon a élargi ses mesures de relance pour le deuxième mois consécutif en avril.

Le FMI a prévu, de manière prudente, une contraction de l’économie mondiale de 3 %. On estime qu’il y aura une perte de production de 9 000 milliards de dollars (soit plus de trois fois le PIB de l’Inde) au niveau mondial. Les chiffres devraient être bien plus élevés tant que le confinement semble se poursuivre.

Ces pandémies sont elles-mêmes le résultat des politiques économiques actuelles qui détruisent notre environnement et affaiblissent ainsi les niveaux d’immunité non seulement des humains mais aussi des animaux, entraînant une vague de maladies zoonotiques (qui se transmettent des animaux/insectes aux humains). Dans son rapport, l’OMS déclare que “le 21e siècle a déjà été marqué par de grandes épidémies. Les anciennes maladies – choléra, peste et fièvre jaune – sont revenues, et de nouvelles sont apparues – SRAS, grippe pandémique, MERS, Ebola et Zika. […] Les maladies couvertes sont : “Maladie du virus Ebola, fièvre de Lassa, fièvre hémorragique de Crimée-Congo, fièvre jaune, Zika, chikungunya, grippe aviaire et autres zoonoses, grippe saisonnière, grippe pandémique, syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), choléra, variole du singe, peste, leptospirose et méningite à méningocoques”. Pourquoi ces maladies ont-elles pris une telle ampleur au cours des deux dernières décennies ? Des études ont montré que c’est le résultat de l’agression de la nature non seulement par l’immobilier mais aussi par ce que Vandana Shiva appelle le “cartel du poison”. Et si l’on ajoute à cela la destruction massive de nos sols, des semences indigènes, l’utilisation massive d’engrais, de pesticides, d’hormones et d’autres produits chimiques dans nos chaînes alimentaires, on obtient non seulement une poussée de ces maladies mais aussi des cancers, des insuffisances rénales et une foule de nouvelles maladies. En fait, le nombre de décès liés à certaines pandémies antérieures, comme la grippe asiatique de 1957-1958 (1,1 million de morts) et la grippe de Hong Kong de 1968 (2 millions de morts), et même la pandémie de 2009, a été énorme. À l’heure actuelle, le nombre de décès dus à la covid-19 au cours des trois mois précédant la fin mai est de 314 687. L’une des études les plus complètes sur la pandémie, réalisée par l’Imperial College de Londres, montre que le “taux de létalité”, c’est-à-dire le nombre de décès parmi ceux qui contractent le covid-19 est de 0,9 % –

En substance, la cause globale à la fois des pandémies et de la crise économique est l’actuel système capitaliste/financier parasitaire où, alors que les rendements du capital dans l’industrie manufacturière ne cessent de diminuer, de nouvelles sphères d’extraction doivent être découvertes, quel que soit leur impact sur l’environnement ou sur la santé des populations. Et à l’ère du numérique, le système parasitaire se nourrit de plus en plus de la finance, de la spéculation, du commerce et de la pire des maladies plutôt que de l’industrie manufacturière. Le Deep State n’est plus le complexe militaro-industriel mais le complexe militaro-industriel-numérique et pharmaceutique qui dirige le monde. Comme l’a dit Vandana Shiva, ce sont les trois entreprises qui dominent le “cartel du poison”, les fusions formant le “big-3”. Ce sont : Monsanto-Bayer, Dow-Dupot, et Syngenta-ChemChina. Ce sont elles qui ont produit les gaz destinés à l’extermination mise en place par Hitler, ainsi qu’à la guerre du Vietnam. Aujourd’hui, elles produisent nos semences (génétiques), des engrais, des pesticides, etc. qui sont à l’origine de la plupart des maladies modernes ; elles préparent également les médicaments contre le cancer.

Examinons maintenant brièvement le fonctionnement de l’économie aujourd’hui et les conséquences probables de cet effondrement, ainsi qu’une éventuelle alternative viable.

  • Le confinement et l’après
    Examinons d’abord les États-Unis, soupçonnés d’être la principale source du virus (avec la Chine). Entre le 18 mars et le 19 mai, la valeur nette totale des plus de 600 milliardaires américains a fait un bond de 434 milliards de dollars, soit 15 %, selon l’analyse des données de Forbes effectuée par l’ATF (Americans for Tax Fairness). Les cinq premiers milliardaires américains – Jeff Bezos, Bill Gates, Mark Zuckerberg, Warren Buffett et Larry Ellison d’Oracle – ont vu leur richesse augmenter de 75,5 milliards de dollars, soit 19 %. En mars, 614 milliardaires figuraient sur la liste de Forbes, et 630 deux mois plus tard, dont le nouveau venu Kanye West à 1,3 milliard de dollars. La valeur des milliardaires est passée de 2 948 milliards de dollars à 3 382 milliards de dollars au cours de cette période. “Ensemble, les cinq premiers ont capté 21 % de la croissance totale de la richesse de l’ensemble des 600 milliardaires et plus au cours des deux derniers mois. Les fortunes de Bezos et de Zuckerberg ont augmenté ensemble de près de 60 milliards de dollars, soit 14 % du total de 434 milliards de dollars”, indique le rapport de l’ATF et de l’Institute for Policy Studies Programme on Inequality. Au cours de cette même période approximative, plus de 38 millions de travailleurs américains ont perdu leur emploi, près de 1,5 million d’Américains sont tombés malades du virus et près de 90 000 en sont morts.

D’autre part, la population active a terriblement souffert. 2,7 milliards de travailleurs sont aujourd’hui touchés par des mesures d’immobilisation totale ou partielle, ce qui représente environ 81 % des 3,3 milliards d’actifs dans le monde, et ils sont maintenant confrontés à une réduction massive de leurs revenus et de leur emploi. Toutes les mesures que nous avons reçues du FMI, de la Banque mondiale, de l’OCDE et des prévisionnistes privés prévoient une réduction d’environ 5 % du PIB mondial cette année, ce qui sera bien plus que la récession mondiale de 2008. L’état de la population immigrée en Inde n’a jamais été aussi mauvais depuis la domination britannique. Des millions de personnes sont dans le dénuement et sont pratiquement obligées de mendier pour obtenir un peu de nourriture dans les villes qu’elles ont contribué à construire. Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, d’autres ont perdu leur emploi et une grande partie des classes moyennes et des travailleurs indépendants ont été poussés dans un état d’impuissance, de manque de moyens et de problèmes psychologiques. Les personnes âgées sont harcelées par la police et la société, comme si tout le monde était suspect.

En outre, comme nous l’avons vu, avant même le confinement, les économies mondiales se dirigeaient vers la pire crise de tous les temps. Cela aurait de toute façon entraîné d’énormes difficultés et la possibilité de révoltes partout dans le monde. En outre, le système capitaliste aurait été considéré comme absolument non viable pour la majorité. Il serait apparu la “fin de l’histoire” du capitalisme et non, comme Fukuyama l’avait prédit, pour le communisme.

Pour sortir de cette crise économique, les gouvernements du monde entier disposent désormais des deux outils monétaires classiques : l’augmentation de la dette par l’impression de billets (assouplissement quantitatif) et la réduction drastique des taux d’intérêt. Mais ces pays étaient confrontés à un dilemme : en raison de la stagnation continue de leur économie, ils ont déjà accumulé d’énormes quantités de dettes et réduit les taux d’intérêt à environ zéro, voire à un niveau négatif. Ayant déjà fait cela face à une crise aussi grave, quelle était leur porte de sortie ? Ironiquement, ils n’ont pas d’autre mécanisme que d’adopter les mêmes mesures, les gouvernements des États-Unis, du Japon et des pays de l’UE injectant des sommes record pour renflouer leurs économies et réduisant, si possible, les taux d’intérêt encore plus. C’est un pari gigantesque, car il pourrait bien servir d’amortisseur, mais précipiter un crash encore plus important dans les jours à venir.

Selon l’OCDE, la production de la plupart des secteurs chutera de 25 % ou plus, et le confinement affectera directement des secteurs représentant jusqu’à un tiers du PIB dans les grandes économies. Pour chaque mois de confinement, il y aura une perte de 2 % de la croissance annuelle du PIB. En bref, cela pourrait dépasser tout effondrement de la production mondiale que nous avons connu au cours des 150 dernières années ! C’est encore pire que la Grande Dépression des années 1930. Le FMI prévoit que plus de 170 pays connaîtront cette année une croissance négative de leur revenu par habitant. Voilà à quel point la situation est grave.

Selon l’OIT, des millions d’emplois ont disparu dans le monde. La crise COVID-19 devrait faire disparaître 6,7 % des heures de travail dans le monde au cours du deuxième trimestre 2020, soit l’équivalent de 195 millions de travailleurs à temps plein. La perte de revenus du travail est d’environ 3,5 billions de dollars (maximum) en 2020. Par conséquent, un nombre considérable de personnes vont être repoussées dans la pauvreté. Selon Oxfam, selon le scénario le plus grave – une contraction de 20 % des revenus – le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté augmenterait de 434 millions pour atteindre 932 millions dans le monde. Le même scénario verrait le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de 5,50 dollars par jour augmenter de 548 millions pour atteindre près de 4 milliards. Même à un niveau plus aigu, nous entrons dans un danger réel de voir des millions de personnes souffrir de la faim, mourir de faim, d’une manière qui ne devrait pas se produire au 21e siècle. En Inde, nous voyons déjà ce phénomène se produire à grande échelle.

Comme le souligne Michael Roberts (The Debt Dilemma), l’augmentation de la dette mondiale réduit la capacité des économies capitalistes à éviter les effondrements et à trouver des moyens rapides de se redresser.

Dans la crise actuelle, l’effondrement s’accompagne d’une dette mondiale élevée, qu’il s’agisse de la dette publique, de la dette des entreprises ou de la dette des ménages. L’Institut de finance internationale, un organisme commercial, estime que la dette mondiale, tant publique que privée, a atteint 255 000 milliards de dollars à la fin de 2019. C’est 87 000 milliards de dollars de plus qu’au début de la crise de 2008 et il ne fait aucun doute que la pandémie va l’augmenter considérablement. Comme l’a dit Robert Armstrong du Financial Times : “la pandémie pose des risques économiques particulièrement importants pour les entreprises dont les bilans sont fortement endettés, un groupe qui comprend maintenant une grande partie du monde des affaires. Pourtant, la seule solution viable à court terme est d’emprunter davantage, pour survivre jusqu’à ce que la crise passe. Le résultat : les entreprises entreront dans la prochaine crise avec des piles de dettes encore plus précaires”. Aux États-Unis, la dette des sociétés non financières s’élevait à environ 10 000 milliards de dollars au début de la crise. Avec 47 % du produit intérieur brut, elle n’a jamais été aussi élevée. Dans des conditions normales, cela ne serait pas un problème, car les taux d’intérêt historiquement bas ont rendu la dette plus facile à supporter. Les chefs d’entreprise, en s’appuyant sur l’effet de levier, n’ont fait que suivre les incitations qui leur ont été présentées. La dette est peu coûteuse et déductible des impôts, de sorte que le fait d’en utiliser une plus grande partie augmente les bénéfices. Mais en cas de crise, quel que soit son prix, la dette devient radioactive. Alors que les revenus s’effondrent, les paiements d’intérêts se profilent à l’horizon. Les échéances de la dette deviennent des menaces mortelles. Les risques de défaillances contagieuses augmentent et le système craque.

Pourtant, tous les pays développés, déjà plongés dans une crise de la dette souveraine, n’utilisent aujourd’hui que ce même mécanisme pour échapper à la crise actuelle, car ils semblent n’avoir aucun autre recours, même en sachant combien cela pourrait être désastreux à l’avenir.

En fait, depuis le milieu des années 1980, l’économie américaine a été balayée en une série de cycles, chaque cycle impliquant dans une certaine mesure des emprunts inconsidérés et la spéculation d’actifs, ce qui a conduit à une crise financière, des pressions déflationnistes et une faiblesse économique prolongée. En d’autres termes, plutôt que d’investir dans des actifs productifs, les entreprises se sont tournées vers les fusions et la spéculation financière, de sorte qu’une grande partie de leurs profits provenaient de plus en plus des gains en capital plutôt que des bénéfices de la production.

Ainsi, nous avons le choc pétrolier de 1973 ; la récession de 1982-83 qui a introduit les politiques de libéralisation à la Reagan/Thatcher ; puis le crash de la Dot com de 2001 et enfin la Grande Récession de 2008-09.

Le profond effondrement de 1980-2 a décimé les secteurs manufacturiers du Nord et a affaibli les syndicats pendant une génération. Les bases ont été jetées pour les politiques dites néolibérales visant à tenter d’augmenter la rentabilité du capital par une hausse du taux d’exploitation. Et ce fut la base d’un transfert du capital des secteurs productifs du “Nord global” vers le “Sud global” et vers le capital fictif du secteur financier. Le fait d’investir les bénéfices et d’emprunter de l’argent dans des obligations et des actions a fait baisser les taux d’intérêt et augmenter les plus-values et les cours des actions. Pour ce faire, les entreprises ont lancé un programme sans fin de rachat de leurs propres actions et d’emprunts pour faire monter le cours des actions.

Cela a jeté les bases de la financiarisation massive de l’économie qui a atteint des proportions gigantesques aujourd’hui avec la concentration de plus en plus importante de l’argent dans les mains de quelques personnes seulement. Comme l’a dit Vandana Shiva à Genève le 14 mars 2019, en mars 2016, les 6 plus riches disposaient de 343 milliards de dollars ; un an plus tard, leur richesse est passée à 402 milliards de dollars. Et l’essentiel de cette richesse est désormais organisé par des fonds de gestion d’actifs (AMF) qui n’existaient pas avant la libéralisation. En août 2019, les principaux AMF contrôlaient une richesse de 74 000 milliards de dollars (pour mettre les choses en perspective, le PIB total de l’Inde est d’environ 2 500 milliards de dollars). Leur expansion majeure a eu lieu après 2008/09. Par exemple, les deux plus grandes entreprises américaines/mondiales, Blackstone et Vanguard, avaient chacune une fortune de 1 000 milliards de dollars en 2008. En 2019, celle de Blackstone s’élevait à 7 000 milliards de dollars et celle de Vanguard à 5 600 milliards de dollars. UBS valait 3 400 milliards de dollars. La plupart de ces géants ont leurs bureaux enregistrés dans des paradis fiscaux et paient donc peu d’impôts. En comparaison, le total des actifs de Goldman Sach en 2019 s’élevait à 1 000 milliards de dollars. La majeure partie de la richesse créée par ces AMF provient de l’appréciation du capital et non des bénéfices. Ainsi, alors que Blackstone a réalisé un bénéfice brut de 7,4 milliards de dollars en 2019, celui de Goldman Sach s’élève à 34 milliards de dollars.

Alors que ces conglomérats font d’énormes richesses, la rentabilité était extrêmement faible dans le secteur manufacturier au moment qui nous a conduit à cette crise, et cela suggère qu’ils n’étaient pas en mesure de faire face à un effondrement majeur des systèmes de santé et des économies. En fait, si nous examinons les bénéfices totaux des entreprises mondiales et pas seulement le montant des bénéfices par investissement (c’est-à-dire la rentabilité), nous constatons que le montant total des bénéfices s’est arrêté dans les grandes économies lorsque nous sommes entrés dans la pandémie. Comme nous l’avons vu, l’économie mondiale était déjà sur le point de s’effondrer dans une certaine mesure, mais la pandémie a bien sûr aggravé ce marasme.

Une partie du problème pour surmonter la faible rentabilité était que les entreprises empruntaient davantage, augmentaient leur dette, contractaient des prêts auprès de la banque et essayaient de continuer à grossir. C’était particulièrement vrai pour les petites entreprises qui devaient s’endetter lourdement par rapport aux ventes qu’elles réalisaient afin de continuer à avancer. Et cela a augmenté le poids de la charge qui pèse sur elles. Si quelque chose devait mal tourner, elles se retrouveraient avec d’énormes dettes. Elles doivent payer et si elles ne le font pas, non seulement ces entreprises seront en difficulté, mais les prêteurs également. Même les marchés émergents ont connu une augmentation spectaculaire des dettes alors que la croissance ralentissait.

Même dans la pandémie actuelle, la majeure partie des “mesures de relance” est destinée aux banques et aux instruments financiers, ce qui permet de soutenir les marchés boursiers et la richesse des grandes entreprises. La Réserve fédérale américaine est intervenue pour injecter des quantités colossales de crédit en achetant des obligations et des instruments financiers afin que les banques et les institutions puissent garder la tête hors de l’eau. Mais cette fois, Jim Richards pense que ces remèdes ne fonctionneront pas, car la demande n’augmentera pas. Bien sûr, pour ce faire et pour soulager une partie des souffrances des personnes déplacées de leur emploi, les gouvernements occidentaux, contrairement à l’Inde, ont également mis de l’argent sur les comptes des personnes concernées.

  • Le confinement indien et notre futur
    En Inde aussi, la situation était précaire bien avant le verrouillage. Bien que le gouvernement ait arrêté la publication de nombreuses données officielles pour empêcher la révélation des faits, le budget lui-même a dépeint la sinistre réalité. Dans le budget, il est dit, pour l’exercice 2019-2020, que la croissance du PIB réel à 5 % est la plus faible depuis la crise de 2008-09. La croissance du secteur manufacturier, à 2 %, est la plus faible des 13 dernières années ; la croissance des investissements a été inférieure à 1 %, la plus faible des 15 dernières années. En outre, la roupie a atteint un plancher historique de 76 roupies pour un dollar et devrait continuer à baisser. D’abord, ce sont les PSB qui s’effondraient à cause des NPA, maintenant, ce sont les organismes de financement des infrastructures comme IL&FS, puis les banques coopératives comme Punjab & Maharashtra Cooperative Bank, et maintenant même les banques du secteur privé avec l’effondrement de l’énorme Yes Bank. Cela s’est étendu aux fonds communs de placement, le géant américain Franklin Templeton ayant dû fermer six de ses fonds le 23 avril. Cela ne s’est jamais produit en Inde dans le passé. L’argent des investisseurs bloqués dans ces fonds s’élève à environ 250 000 millions de roupies, tous issus des classes moyennes. Les journaux ont prédit que la contagion pourrait s’étendre à d’autres fonds communs de placement. En outre, le marché des actions a chuté jusqu’à présent entre janvier et mars de 35 %.

Et maintenant, si nous nous tournons vers la situation post-confinement en Inde, The Economist (22 mai 2020) dit : “Goldman Sachs, s’attend à ce que l’économie se contracte de 45 % ce trimestre (d’avril à juin 2020) à un taux annualisé, et de 5 % sur l’année entière, en supposant un grand rebondissement au second semestre. Les exportations indiennes se sont effondrées de 35 % en mars et de 60 % en avril. Selon India Today, les fruits et légumes pourrissent car il n’existe ni transport ni main-d’œuvre, que ce soit pour les cueillir ou même pour les amener au marché. Le secteur du transport et de la logistique qui pèse 15 000 milliards de roupies a été paralysé après le 24 mars avec 1,5 million de camions bloqués sur la route (sur les 7,5 millions) en raison de la soudaineté de l’annonce”.

L’activité de la FABRICATION en INDE a connu une contraction sans précédent en avril, le confinement ayant entraîné un effondrement de la demande et des perturbations massives de la chaîne d’approvisionnement, selon l’enquête IHS Markit purchasing managers index (PMI). À 27,4 points en avril, le PMI manufacturier indien Markit de l’IHS, corrigé des variations saisonnières, a chuté depuis 51,8 points par rapport à mars. “La dernière interprétation a mis en évidence la plus forte détérioration des conditions commerciales dans l’ensemble du secteur depuis le début de la collecte des données il y a plus de 15 ans. La baisse des conditions d’exploitation a été partiellement due à une contraction sans précédent de la production”, a déclaré IHS Markit. En mars, la production des sorties d’usine s’est contractée de 16,7 %, un record.

Selon TRANS UNION CIBIL, les prêts accordés aux micro, petites et moyennes entreprises risquent davantage de devenir des actifs non performants (NPA). Le taux de NPA pour les MPME a augmenté de façon continue au cours des dernières années pour atteindre 12,6 % en décembre 2009, a déclaré Cibil dans un rapport. “Le montant des MPME se situant dans la tranche de risque la plus élevée a un solde créditeur de 2 32 000 roupies, ce qui représente un risque plus élevé de devenir des actifs non performants”, a déclaré M. Cibil.

Pas étonnant que le même “Economist” ait rapporté cela : Le Conseil national de la recherche économique appliquée, un groupe de réflexion à Delhi, prévoit une contraction de 12,5 % pour cet exercice financier, à moins d’une énorme relance. Et en ce qui concerne l’”énorme” relance annoncée par M. Modi, The Economist a déclaré : “Mais au lieu d’une stimulation de la demande, et en particulier d’une aide financière urgente pour les plus pauvres, M. Modi a fourni un mélange d’incitations et d’aides du côté de l’offre, telles que des garanties de crédit, ainsi que des réformes dont l’impact ne se fera sentir qu’à moyen terme, au plus tôt. La plupart des mesures de relance sont soit des mesures déjà annoncées, soit des mesures prises par les banques centrales pour stimuler les prêts. Les estimations du nouvel engagement budgétaire du gouvernement de M. Modi vont de 0,7 % à 1,3 % du PIB, ce qui est loin des 10 % annoncés.”

Les journaux comparent cette situation à la grippe espagnole de 1918, introduite en Inde par des soldats revenant des tranchées de la Première Guerre mondiale (une récompense des Britanniques), ce qui est ridicule, car dans cette pandémie, environ 18 millions d’Indiens ont perdu la vie, mais à ce jour, dans les deux mois qui se sont écoulés depuis la fermeture, le nombre officiel de décès est d’un peu plus de 4 000 pour l’ensemble du pays. Les cas sont nombreux, plus de 100 000, mais les décès sont peu nombreux. C’est un fait établi que le taux de mortalité est inférieur à 1% et que la plupart des décès ont lieu à cause d’autres morbidités. En fait, l’ICMR (Indian Council of Medical Research) a inutilement accumulé la peur/panique dès le 27 février, alors qu’il n’y avait pratiquement pas un seul cas. À l’aide de “modèles mathématiques”, ils ont prédit 1,5 million de cas à Delhi et 500 000 chacun à Mumbai, Kolkata et Bangalore. Dans le pire des cas, ils prévoyaient 10 millions de cas à Delhi et 4 millions à Mumbai, avec un pic à la fin du mois de mars. Comparez ces chiffres avec le nombre total de cas signalés dans toute l’Inde jusqu’au 24 mai, soit 132 000. Il n’y a littéralement aucune comparaison avec les prédictions de l’ICMR ; cela aussi par le principal corps médical du pays. Mais ni les journaux ni l’ICMR ne s’excuseront auprès du public pour avoir semé la peur et la panique. Et probablement que le gouvernement a agi dans la panique en voyant ces prédictions de l’ICMR dans la nuit du 24 mars.

Une contraction de 12 % de l’économie indienne est inouïe et la douleur infligée aux migrants et aux classes moyennes n’est que le début de ce qui est à venir. Bien sûr, alors que nous sommes tous enfermés et que des millions de personnes meurent de faim, Reliance a signé quatre méga accords (pas de confinement pour lui) et ses actions ont atteint un niveau record, en hausse de 45 %. Anil Agarwal de Vedanta a profité de la chute de la valeur des actions pour racheter la totalité des actions publiques en achetant 49% des actions à des prix cassés et en se retirant de la bourse. En outre, les sociétés Internet et le commerce électronique ont fait des affaires d’or avec les actions d’Amazon, de Walmart, de Google, etc. qui ont atteint des niveaux record à la bourse américaine. Et ce, dans un scénario où les indices boursiers généraux ont chuté de manière drastique tant en Inde qu’aux États-Unis.

L’économie indienne, si dépendante de l’Occident, est gravement touchée par cette crise, comme nous l’avons déjà vu. Déjà ici, le 1% supérieur possède plus de 50% de la richesse personnelle de l’Inde, et les 10% supérieurs en détiennent près de 80%. Le nombre de personnes vivant dans des bidonvilles dépasse les 100 millions, ce qui est bien plus que dans d’autres pays d’Asie du Sud et du Sud-Est. C’est cette population qui est particulièrement exposée à tout virus, car il n’est pas possible de faire de la distanciation sociale dans ces bidonvilles ni d’ailleurs dans les immeubles d’une pièce où vivent la plupart des gens. À Mumbai, nous constatons que la plupart des cas de Corona se trouvent dans les bidonvilles. Selon Picketty, c’est en Inde que l’inégalité a augmenté le plus rapidement au monde. La part du décile supérieur dans le revenu total est passée de 33 % en 1980 à 55 % en 2018 en Inde ; alors qu’en Europe, elle est passée de 28 % à 34 %, en Russie de 26 % à 45 %, aux États-Unis de 35 % à 48 % et en Chine de 26 % à 41 %. En outre, cela ne tient pas compte de “l’abus sans précédent de l’intouchabilité” (Toyananbee) qui fait de l’Inde le pays le plus inégalitaire, le plus honteux, le plus cruel et le plus toxique du monde.

Avec un tel scénario, le pire reste à venir, et pas seulement à cause du virus, mais aussi sur le plan économique et politique. Comme lors de la Grande Dépression, la faim et la famine se sont accompagnées de la terreur fasciste et communautaire. Des millions de personnes ont été tuées et encore plus sont mortes des affres de la faim. Les signes sont déjà visibles dans le monde entier et déjà sous une forme extrême en Inde. Les journaux rapportent déjà que les MPME risquent de ne pas pouvoir rembourser leurs prêts, comme c’est le cas pour le logement et d’autres secteurs. Cela met une pression énorme sur les banques et il pourrait y avoir une ruée sur les banques avec des gens qui perdent confiance dans le maintien de leurs dépôts. D’autres systèmes d’épargne sont déjà sous pression, comme les fonds communs de placement. Avec leur effondrement, l’épargne durement gagnée par les gens risque de se tarir. La crise touchera non seulement les travailleurs migrants et les travailleurs indépendants, mais aussi les classes moyennes. L’insécurité économique étant décuplée, les possibilités de divertissement s’effondrent, les interactions sociales deviennent plus difficiles et l’on soupçonne que les cas psychologiques vont probablement se multiplier et que même le nombre de suicides ne se limitera peut-être pas aux seuls agriculteurs, mais s’étendra aux classes moyennes, qui ont connu des jours meilleurs récemment, et qui disparaîtront toutes. La crise sera probablement pire que celle de l’Occident en raison de la fragilité de l’économie et des niveaux de pauvreté déjà effrayants.

D’autre part, la domination du grand capital et des quelques familles en Occident et de leurs homologues en Inde sera décuplée et le lien entre elles et la classe politique ne fera que se resserrer. Ils gouverneront d’une main de fer et la “peur” du virus peut maintenir les gens enfermés indéfiniment, seuls ceux qui ont un laissez-passer du gouvernement ou de la police étant autorisés à se déplacer. On dit déjà que les applications de type Arogya Setu [NDLR : une application type Stop COVID indienne] serait laissez-passer rendu obligatoire pour toute forme de voyage, et cela aussi avant même toute réouverture. Les déplacements “non essentiels” peuvent être limités indéfiniment et ce qui est essentiel ou non sera décidé par le gouvernement/la police. Grâce à la technologie, Big Brother vous surveillera 24 heures sur 24.

C’est la tendance qui se dessine dans un avenir proche, avec des différences plus ou moins importantes selon les régions du monde, et non les possibilités idylliques que certains envisagent. Un scénario de type 1984 avec George Orwell riant depuis sa tombe. Tant que le pouvoir financier restera entre les mains de quelques-uns et que le pouvoir politique s’y mêlera, les choses ne pourront qu’aller de mal en pis, que ce soit dans le domaine des pandémies ou de l’économie.

Il ne fait aucun doute que cette structure économique n’est pas viable et qu’elle est appelée à aller de crise en crise, mais elle ne s’effondrera pas d’elle-même. En outre, elle a besoin d’une alternative économique et politique capable de s’affirmer.

Cette alternative pourrait être liée à la destruction du capital financier/spéculatif super important ainsi qu’à celle de la poignée de grandes sociétés, et à l’émergence d’une économie coopérative respectueuse de l’environnement, où la technologie est utilisée pour protéger (et non nuire) l’environnement et la race humaine et animale. Une véritable alternative autosuffisante.

Sur le plan politique, avec la destruction du pouvoir de la poignée d’élites/milliardaires mondiaux et de leurs comparses politiques, une véritable alternative démocratique doit être construite bloc par bloc pour soutenir et faire évoluer le nouveau modèle économique. L’objectif de cette alternative devrait être le bonheur de la majorité grâce à la sécurité économique, l’égalité sociale, la démocratie et la liberté de la base, et les valeurs d’amour, d’harmonie et de coopération contre toute forme de haine, d’aliénation, de domination et de surenchère dans tous les domaines de la vie.

Mais ça, c’est à long terme, à court terme, que les gens devront protéger leurs intérêts et survivre en se regroupant dans un esprit de coopération pour se protéger, protéger leurs économies durement gagnées et résister aux malfaiteurs. Après tout, les dirigeants européens ont un passé de génocides : l’anéantissement de toutes les populations indigènes des Amériques, le massacre de 40 millions de personnes par les intérêts miniers en Afrique, deux guerres mondiales et un génocide de masse par des bombardements à Hiroshima, Nagasaki, en Indochine puis au Moyen-Orient ; et la mort d’environ 30 millions de personnes en Inde au cours des deux siècles de domination britannique. Tout est possible dans la période de crise intense qui s’annonce.

Les super-riches se sont déjà protégés en plaçant leur argent dans des paradis fiscaux ; les classes moyennes et les pauvres doivent agir avant qu’il ne soit trop tard. La Grande Dépression a duré 10 ans et s’est terminée par la Seconde Guerre mondiale… où se terminera celle d’aujourd’hui ?

Source: http://www.mainstreamweekly.net/article9469.html

Narkana

Coordinateur pour Redspark français