Le marxisme et la révolution en Amérique latine

Dans cet article, nous évoquerons brièvement le rôle que Karl Marx, fondateur de l’idéologie du prolétariat, qui a jeté les bases de la seule idéologie scientifique capable d’interpréter et de transformer le monde, a joué au cours de la Révolution latino-américaine.

Dans le manifeste du Parti Communiste, publié en février 1848, Karl Marx et Friedrich Engels disent que la “découverte” de l’Amérique était en réalité l’incorporation de l’Amérique dans la chaîne de la production capitaliste. Mais, comme le montrerait plus tard José Carlos Mariátegui, cela ne signifie pas que les pays d’Amérique latine soient devenus capitalistes. L’ordre féodal, en train de s’effondrer et de se retirer en Europe, a été exporté et a débuté en Amérique. En fait, il a été imposé militairement par les conquistadors espagnols et portugais.

Luis Emilio Recabarren, fondateur du Parti Communiste du Chili

C’est à la fin du XIXe siècle quand, en Amérique latine, les premiers bourgeons de la jeune classe ouvrière se sont développés, mais sur une base semi-féodale, puisqu’avec les guerres d’indépendance, les rapports sociaux de production qui imposent le propriétaire latifundaire, exploitant le paysan sans ou avec peu de terres, n’ont pas été supprimés. C’est pour cette raison que les luttes de ces années-là n’étaient pas guidées par le marxisme et, en même temps, c’est la raison pour laquelle le marxisme n’était pas largement connu dans cette partie du monde.

Au début du 20ème siècle, la position qui prévalait en termes de diffusion du marxisme était plutôt une distorsion du marxisme : la propagande de la IIe Internationale. C’est après la révolution russe de 1917 que le marxisme est parvenu dans les pays du tiers monde, y compris l’Amérique latine. Son importance était très grande et il est difficile de la mesurer. Cependant, veuillez noter qu’avec cette étape importante, le mouvement ouvrier a accompli ce que la bourgeoisie et les propriétaires terriens disaient impossible. C’était de cette façon que le triomphe de la Révolution Russe a été reçu par les ouvriers et paysans d’Amérique latine comme la leur. Une autre chose importante à mentionner est qu’avec le triomphe de la révolution, la propagande de première main de l’idéologie prolétarienne est enfin arrivée dans cette partie du monde et que, avec la fondation de l’Internationale Communiste en 1919, le marxisme s’est développé à un deuxième stade : le marxisme-léninisme.

Date de fondation des partis communistes

Dans de nombreux pays, les partis communistes ont été constitués en tant que sections de l’Internationale Communiste. Au Chili, cela s’est déroulé les 1er et 2 janvier 1922 sous la direction et le leadership de Luis Emilio Recabarren.

L’Internationale Communiste a joué un rôle déterminant dans le développement de ces partis en tant qu’organisations de lutte contre l’exploitation et dans la lutte pour la conquête du pouvoir pour la classe ouvrière. Le problème était que l’Internationale Communiste elle-même était également un sujet de dispute dans la lutte des classes et cela a sans aucun doute eu un effet sur ses propres sections en Amérique latine. Par exemple, jusqu’à la première moitié des années trente du XXe siècle, la ligne rouge prévalait dans les partis communistes de cette partie du monde, ce qui impliquait un combat contre le latifundio, la grande bourgeoisie et leurs expressions fascistes.

Depuis la seconde moitié des années 1930, la droite au sein du Mouvement Communiste International a gagné du terrain. La gauche, elle, se concentra sur le dirigeant prolétarien Staline et porta ainsi la lutte antifasciste. À la mort de Staline en 1953, la ligne de droite au sein du Parti communiste de l’URSS a été imposée, ainsi que dans les partis communistes d’Amérique latine, à l’exception du Pérou, où les révolutionnaires ont défendu le parti fondé par José Carlos Mariátegui.

Avec une série de partis communistes qui ont renoncé au marxisme et se sont totalement tournés vers les scrutins électoraux et, principalement, avec le triomphe de la révolution cubaine en 1959, des appareils politico-militaires ont émergé en Amérique latine. Des secteurs révolutionnaires ont cherché une issue pour poursuivre la lutte armée contre l’impérialisme.

José Carlos Mariátegui, fondateur du Parti Communiste du Pérou

Le problème de ces organisations politico-militaires était qu’elles mettaient le fusil et l’idéologie au même niveau, alors qu’il fallait toujours mettre l’idéologie et la politique aux commandes de l’armée. En d’autres termes, le problème n’était pas de créer une organisation technique, car nombre de ces organisations ont également fini par trahir la lutte révolutionnaire, même après des avancées majeures, comme le Front sandiniste de libération nationale au Nicaragua, Alfaro Vive Carajo en Équateur ou le Front Farabundo Martí de libération nationale d’El Salvador. Ce qu’il fallait, c’était défendre l’idéologie, le marxisme et ses avancées. C’est là que la fraction rouge du Pérou a déclaré: “Nous ne formerons pas de nouveau parti”, ce que nous ferons sera de “reprendre et développer José Carlos Mariátegui”. Pourquoi reprendre ? Parce que les partis qui constituaient une section de l’Internationale communiste étaient des partis révolutionnaires et qu’on ne pouvait pas les oublier ; cela devrait être repris. Pourquoi développer ? Parce que depuis la création de ces partis, le marxisme s’est développé dans le marxisme-léninisme-maoïsme.

Dans les organisations politico-militaires, les fils du peuple brandissant la bannière de la révolution sont morts héroïquement. La trahison de leur lutte n’annule pas leur engagement. De plus, si Marx a montré quelque chose, c’est que pour faire la révolution, il ne suffit pas de s’engager pleinement, mais il faut en outre se battre de manière scientifique, en mettant toujours la politique au poste de commande, et la classe ouvrière doit s’organiser en Parti Communiste Il n’y a rien qui puisse remplacer cette organisation, car aucune classe dans la société n’est plus révolutionnaire que la classe ouvrière. C’est une leçon qui a coûté du sang à la classe ouvrière et au peuple et nous n’avons pas le droit de l’ignorer.

Roque Dalton, Communiste du Salvador

Source: http://elpueblo.cl/2018/10/31/el-marxismo-y-la-revolucion-en-america-latina/