Point de vue de classe contre la drogue

Lorsque nous, communistes, prenons position vis-à-vis de la drogue, nous devons préciser que nous le faisons de notre point de vue de classe prolétarien et non des perceptions et des expériences subjectives. Celles-ci sont limitées et ont une perspective libérale très axée sur l’individu. Le problème de la drogue concerne toute notre classe ainsi que tous les communistes.

Il est indubitable que c’est notre classe qui subit le plus de dégâts en matière de toxicomanie et d’addiction, y compris dans d’autres domaines de la vie de notre classe. Cela signifie que la question des drogues n’est pas une question individuelle mais une question de classe.

Les stupéfiants n’asservissent pas seulement certaines parties de notre classe aux abus, mais ils deviennent également un moyen de subsistance pour certains de nos membres, et en particulier pour la jeunesse prolétarienne. Les drogues deviennent non seulement la solution temporaire « la plus facile » pour sortir de la situation de vie difficile et stressante due aux intoxications, mais l’industrie pharmaceutique devient aussi une source de revenus et un emploi, en particulier dans les « ghettos » urbains où la bourgeoisie tient grands nombres de prolétaires hors du travail et hors de la société.

A cause de cela, beaucoup sont piégés dans une position d’où ils ne peuvent pas sortir, où tout est lié à la drogue. Les drogues deviennent un revenu et un abus, un cercle vicieux où quelques-uns gagnent de l’argent grâce aux abus et à la mort d’autres personnes. La drogue ravage des parties de notre classe de l’intérieur. Cela nous ronge physiquement et mentalement et nous empêche de détruire ou de casser autre chose que nous-mêmes.

Le mal que vous vous infligez à vous-même et aux autres n’est pas seulement énorme quand il s’agit de votre santé, mais l’abus de drogues dégrade également la mentalité. La drogue ne vous conduit pas seulement à vous détruire, il est également fréquent que vous détruisiez les personnes les plus proches de vous. À la fois mentalement et physiquement, surtout si quelqu’un entrave la recherche d’argent et de drogue pour la personne concernée.

Il y a beaucoup de choses que vous pourriez écrire au sujet des substances intoxicantes et des drogues, mais comme mentionné précédemment, nous devons adopter une position qui correspond le mieux à ce qui est nécessaire dans la lutte pour la victoire du prolétariat. Non seulement les stupéfiants affaiblissent notre classe, mais ils constituent un problème pour toute la communauté. Néanmoins, il ne fait aucun doute que les substances intoxicantes et les drogues causent le plus grand dommage au prolétariat et aux parties refoulées du peuple. Cela signifie que les communistes doivent également avoir l’attitude la plus claire à cet égard.

Une politique prolétarienne et révolutionnaire entourant les substances intoxicantes consiste à contrecarrer leur influence sur notre classe, politiquement et culturellement.

Nous devons prendre position contre la petite bourgeoisie et les attitudes libérales, qui glorifient les substances intoxicantes et les mélangent avec le style de vie et la culture. Ces attitudes, si prises par le prolétariat, bénéficieront la bourgeoisie et des parties de la petite bourgeoisie. Finalement, c’est le prolétariat qui doit payer le prix le plus élevé.

Comment certaines classes peuvent-elles bénéficier d’attitudes libérales envers les substances intoxicantes?

  1. Il y a des parties de la bourgeoisie qui gagnent beaucoup d’argent directement à partir de stupéfiants. Parmi les plus grands capitalistes, il y a des liens avec le marché noir et la mafia.
  2. La bourgeoisie tout entière bénéficie des plus frustrés et des plus désespérés de la société qui choisissent les substances intoxicantes plutôt que la rébellion. Le fait que les personnes capables de résoudre les problèmes soient dégradées est un avantage pour la bourgeoisie. Dans l’histoire, les capitalistes ont payé des travailleurs en alcool, avec l’objectif conscient de rendre plus difficile l’organisation des syndicats.
  3. Une partie de la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie vénèrent le libéralisme comme mode de vie; tout le monde devrait pouvoir faire ce qu’il veut. Le libre choix est idéal, car il s’agit de la légitimation idéologique de tout transformer en marchandises. Le capitalisme transforme tout en marchandises et nécessite une idéologie qui le justifie.
  4. Non seulement en tant qu’idéologie, le libéralisme est une exigence du capitalisme. Déplacer des marchandises au-delà des frontières et de l’économie monétaire est absolument nécessaire pour les grands capitalistes. Avec la circulation des biens, il y a le flux de drogues. Avec l’économie monétaire, les secteurs noirs du capitalisme illégal entrent en jeu. La mafia a été créée en Sicile sous le boom de l’industrie des agrumes – à la limite de cette économie florissante. Les triades criminelles chinoises ont lutté pour la vie et la mort contre les communistes prenant le pouvoir en Chine. Le capitalisme et le crime vont de pair, car ils sont tous deux des produits de l’achat et de la vente, de l’argent et du profit. Par conséquent, la « démocratie » bourgeoise libérale ne peut pas éliminer le crime organisé.
  5. La bourgeoisie et les couches supérieures de la petite bourgeoisie ont les ressources et les possibilités d’utiliser les drogues à des fins récréatives de manière plus sûre que le prolétariat. Ils peuvent obtenir de la meilleure qualité, ce qui est moins dangereux pour leur santé. Ils ont de l’argent pour la réhabilitation si nécessaire. Ils ont plus de flexibilité au travail et dans la vie, ce qui rend les substances intoxicantes moins dangereuses pour leur vie quotidienne.
  6. La santé physique et mentale est meilleure dans la bourgeoisie et la petite bourgeoisie que dans le prolétariat. Cela rend plus facile l’utilisation de substances intoxicantes en tant que loisirs, sans devenir dépendant ou subir des dommages durables. Ainsi, les drogues deviennent moins dangereuses pour ces classes.

Cela dit, la bourgeoisie veut limiter les substances intoxicantes pour qu’elles ne prennent pas le dessus, surtout parmi les prolétaires qui travaillent pour elles. Par conséquent, eux et leur état parraineront des programmes visant à limiter les substances intoxicantes et à aider les gens à les éviter. Cependant, à cause de tous les points mentionnés ci-dessus, ils ne peuvent ni ne veulent s’attaquer au problème à la racine.

Les drogues sont un fardeau et une manœuvre contre notre classe, un autre maillon de la chaine qui nous maintient en place. Nous pensons que la classe ouvrière doit et va briser tous ces maillons.

Les communistes ne devraient pas seulement rejeter les stupéfiants et la culture entourant les substances intoxicantes – nous devrions promouvoir des alternatives telles que le sport, la vie en plein air, la culture rouge, la coopération dans la lutte, l’unité et la solidarité. Nous nous battons pour les sports de la classe ouvrière, la musique rouge et les collectifs qui prennent soin les uns des autres. Et nous voulons nous battre pour que les quartiers prolétariens deviennent des bastions contre la mafia et le trafic de drogue.

Nous luttons pour le traitement plutôt que le harcèlement de la police pour ceux qui ont des problèmes avec les substances intoxicantes. L’abus de substances intoxicantes est un problème de santé qui a généralement des racines sociales ou des problèmes mentaux et d’autres problèmes qui créent des besoins auxquels les gens veulent faire face en utilisant des substances intoxicantes.

Source : https://tjen-folket.no/Sentralt/view/12371

Narkana

Coordinateur pour Redspark français