Duterte applique déjà la loi martiale à l’échelle nationale avec le déploiement de troupes à Bicol, Samar et Negros

Sans déclaration officielle, Duterte applique déjà la loi martiale à l’échelle nationale en donnant l’ordre aujourd’hui de déployer des troupes et des policiers supplémentaires dans la région de Bicol, dans les îles Samar et Negros.

L’exercice des pouvoirs de la loi martiale par Duterte est fondé sur la fragile « déclaration d’état d’urgence national » de 2016 censée « réprimer la violence anarchique ». Cependant, il est clair que cet ordre est une tentative désespérée pour arrêter la vague montante d’agitation paysanne et la croissance nationale de la NPA.

Cet ordre entraînera sûrement une aggravation des abus commis par l’armée et la police et des attaques contre les droits démocratiques dans ces régions, en particulier contre les masses paysannes.

La région de Bicol suit la région de Davao en ce qui concerne le nombre de meurtres extrajudiciaires perpétrés par les forces armées de l’État. Le 96ème BI récemment déployé a déjà acquis une notoriété par les meurtres brutaux de paysans.

Il y a aussi un nombre croissant de meurtres de paysans, marqués par le récent massacre de neuf paysans dans la ville de Sagay à Negros par des forces paramilitaires attachées aux AFP (Force Armée des Philippines). Duterte a soutenu le massacre après avoir ordonné à ses hommes de tirer sur des paysans revendiquant leurs droits à la terre.

Les violations des droits de l’homme se multiplient également à Samar et dans l’ensemble des Visayas orientales, où au moins 10 bataillons de soldats de l’AFP ont été déployés. Les habitants des villes de Lao-ang, Las Navas et Catubig, situées dans le Samar du nord, exigent la fin de la militarisation de leurs barangays, où l’AFP met en place des détachements et mène des opérations de combat.

Le déploiement de plus de troupes par Duterte pour réprimer la montée de la résistance armée et d’autres formes de lutte est contre-productif et auto-destructeur. L’objectif est d’utiliser une force écrasante contre les masses paysannes et les forces de guérilla de la NPA.

Cependant, en commettant de nombreux abus contre le peuple et en imposant la loi martiale à travers les campagnes, l’AFP réussit seulement à amener les gens à prendre les armes et à rejoindre la NPA.

Les ordres de Duterte de déployer davantage de troupes à Bicol, Negros et Samar étendent les limites de sa solution militariste à la montée de la résistance armée du peuple philippin. Depuis le début de l’année, Duterte a déjà déployé ses dix nouveaux bataillons de troupes de combat à travers le pays, dont quatre à Mindanao.

Il n’a plus de troupes à déployer, à moins de réduire le nombre de soldats déployés dans d’autres régions ou de dépenser encore plus de fonds publics pour former des unités de combat supplémentaires.

Duterte ne peut pas se permettre de réduire considérablement le nombre de ses troupes à Mindanao, à la fois dans les régions Moro et de la NPA. Duterte et les responsables de l’AFP se vantent sans cesse de milliers de « capitulationnistes », mais savent que ceux-ci ont simplement un effet de guerre psychologique. En fait, beaucoup de prétendus « capitulateurs » demandent à la NPA de dénoncer les abus commis par des militaires et réclament justice.

L’AFP a annoncé la “fin de la guerre” avec le MILF. Cependant, la résistance armée des Moro est appelée à se répandre et à grandir alors que le peuple Moro continue de subir une grave oppression et des abus conformément à la loi martiale et que ses terres et ses ressources lui sont pris.

Les troupes de combat de Duterte sur le terrain sont de plus en plus fatiguées et agitées par des opérations militaires incessantes mais infructueuses, ainsi que par les abus qu’on leur ordonne de commettre contre les masses et la corruption endémique de leurs officiers.

Le rêve chimérique de Duterte de mettre fin à la NPA d’ici la mi-2019 est totalement sans fondement. Les conditions sont de plus en plus favorables pour que la NPA poursuive sa croissance nationale et la propagation de la guerre populaire.

Source: https://www.philippinerevolution.info/2018/11/23/duterte-is-already-implementing-nationwide-martial-law-with-troop-deployment-in-bicol-samar-and-negros/

Narkana

Coordinateur pour Redspark français