L’annonce du retrait des troupes américaines de Syrie est la preuve de l’accélération du développement réactionnaire et du conflit

L’annonce récente de Trump du retrait des troupes américaines de Syrie, ne doit pas créer de sentiments de complaisance, mais au contraire alerter tous les peuples de la région. La raison en est que – d’une manière ou d’une autre – cela constitue l’accélération du développement du conflit entre les États-Unis et les autres impérialistes, en particulier la Russie ; et bien sûr l’escalade de leur politique d’invasion dans la région.

N’oublions pas que la dernière fois que les États-Unis ont annoncé le retrait de leurs troupes, cette même annonce est venue avec le lancement de missiles Tomahawk contre la Syrie et avec l’intervention encore plus importante des États-Unis sur le front syrien, ce qui, bien que beaucoup moins possible à l’heure actuelle, ne peut être exclu.

Il est également révélateur que cette annonce s’accompagne du fait que les États-Unis soulignent (afin qu’aucun ennemi ou allié ne se méprenne) qu’ils maintiennent leur capacité à faire face rapidement et de manière décisive à toute menace à venir, grâce à leurs troupes basées en Irak et à leurs systèmes d’armes d’assaut. Même le calendrier de retrait annoncé par les États-Unis leur donne la possibilité de calculer les résultats et même les réactions à leur annonce, afin de planifier les prochaines étapes.

L’administration de Trump envoie tout d’abord un message selon lequel elle poursuit de manière décisive la politique de rapprochement avec la Turquie. En outre, un fonctionnaire américain a déjà déclaré que cette annonce était le résultat d’un accord Trump-Erdogan. De même, dans la même longueur d’onde, le Département d’État a annoncé l’approbation de sa part de la livraison du système de contre-missiles « Patriot » à la Turquie, poussant ainsi sa classe dirigeante à annuler l’achat du S-400 russe.

Par conséquent, le retrait imminent des troupes américaines des territoires du nord-est syrien, si cela progresse, constitue un mouvement tactique de désengagement des États-Unis de la situation difficile d’intermédiaire entre la Turquie et les Kurdes syriens ; cela donne – potentiellement – la possibilité à la Turquie de poursuivre ses actions contre les Kurdes. Nous disons potentiellement parce que le reste des membres de la « Coalition globale contre l’ISIS » ont déclaré leur intention initiale de rester dans les régions du nord-est syrien, mais aussi parce qu’on ne peut pas prendre pour acquis la tolérance des Russes et du régime d’Assad concernant une autre invasion turque (la troisième dans l’ordre) à l’est de l’Euphrate.

C’est exactement la raison pour laquelle nous pensons qu’avec cette initiative, les États-Unis tentent de charger la Russie, l’Iran ainsi que le régime d’Assad de ce problème, qui jusqu’à récemment a utilisé (avec la Russie en premier) l’opposition des Turcs aux États-Unis pour « soutenir » les Kurdes de YPG, afin qu’ils forment une alliance tactique avec le régime turc par le biais de la déclaration d’Astana. Ainsi, si l’annonce du retrait parvient à entraîner la Turquie dans les plans de l’OTAN, elle remettra fortement en cause le processus d’Astana, créant des conditions qui isoleront la Russie et l’Iran.

D’autre part, les impérialistes européens, l’Angleterre et la France sont également poussés à redéfinir leur position dans cette situation plutôt difficile ; ils doivent également prouver s’ils sont capables de gérer cette nouvelle situation sans la présence des États-Unis, étant donné la pression continue exercée par l’ISIS.

Enfin, et ce n’est pas le moins important, le fait d’entraîner la Turquie aiderait beaucoup à surmonter rapidement les problèmes que la formation et le développement du front anti-iranien ont montrés ; cela servirait bien sûr l’objectif des États-Unis de limiter la Russie et d’annuler sa montée en puissance au Moyen-Orient, un objectif spécial et critique. La position calme et décisive d’Israël montre que l’État fantoche des Américains a pris l’affirmation et les explications nécessaires pour les raisons de cette démarche, données lors des discussions américano-israéliennes qui, Netanyahou l’a reconnu, ont précédé l’annonce.

Malgré le fait que nous n’ayons pas pu voir tous les aspects de ce mouvement, l’accélération des développements vers l’impérialisme américain ciblant l’Iran (et la Russie par le biais de celui-ci) afin de dominer et de contrôler le Moyen-Orient, recueille le plus de chances. Sans bien sûr exclure la possibilité d’autres plans également, c’est-à-dire l’utilisation de cette démarche pour poursuivre leurs plans d’agression contre les Balkans ou l’Ukraine.

Les déclarations de la Russie jusqu’à présent sont peut-être faites afin de gagner du temps pour mieux calculer les prochaines actions des États-Unis. Les réactions britanniques, ainsi que les réactions des États-Unis (même entre les républicains), voient le risque réel de « lire le message » du retrait comme une acceptation de la victoire des Russes, de l’Iran et du régime d’Assad dans le conflit qui dure depuis sept ans sur le territoire syrien. D’autre part, surtout aux États-Unis, les réactions ne veulent pas seulement mettre sur la table l’aspect de la vente des Kurdes, qui rendra plus difficile la recherche d’ »outils » d’intervention volontaires dans la région à l’avenir, mais elles démontrent également – aspect tout aussi important – que les Américains peuvent faire confiance à Erdogan et à l’élite politique turque actuelle pour garantir la réalisation de leurs plans. Question que se pose également l’élite turque qui, il y a deux ans, a dû faire face au rôle des États-Unis dans le coup d’État – qui a finalement échoué – mais aussi aux plans américains en Méditerranée orientale, au Moyen-Orient et en Syrie qui ont même mis ses problèmes existentiels sur le tapis.

En conclusion, l’annonce du retrait américain de la Syrie rend encore plus perplexe le gâchis du conflit. Il s’agit d’un effort pour préparer l’escalade de la politique d’intervention au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale. Les éléments qui indiquent une mise à jour de la campagne anti-iranienne sont plutôt inquiétants ; et la déportation de l’ambassadeur iranien et d’un diplomate iranien de Tirana après une conciliation immédiate entre l’Albanie et les États-Unis n’est en aucun cas un événement anodin.

Tout ce qui précède devrait sonner l’alarme pour les peuples de la région qui doivent faire des pas importants et décisifs afin de créer un mouvement anti-guerre – anti-impérialiste pour empêcher leur massacre et chasser les impérialistes et leurs marionnettes locales. Notre propre peuple a un rôle à jouer dans cette lutte, car notre pays est constamment amélioré en tant qu’outil pour les interventions américaines dans notre région, mais aussi parce que nous devons faire face au conflit réactionnaire constant entre la bourgeoisie grecque et turque, avec la dangereuse rhétorique nationaliste qui en découle.

International Bureau
Athens December 2018

E Mail: info@kkeml.gr
Address: Emmanouil Benaki 43 Athens Greece
Postal Code: 10678

Narkana

Coordinateur pour Redspark français