« Des Efforts de Paix » : Un autre moyen d’intensifier les conflits et la guerre dans le pays

Lors d’un récent déplacement à Kaboul, le secrétaire général de l’OTAN, lors d’une conférence de presse conjointe avec le président du régime fantoche, a annoncé :

« Nous n’avons pas fixé de calendrier pour le retrait de nos troupes d’Afghanistan. Nous resterons ici aussi longtemps que nécessaire. Par conséquent, il vaut mieux que les Taliban cessent de tuer et commencent à négocier avec le gouvernement afghan. »

La déclaration ci-dessus a été faite alors que Zalmay Khalilzad, représentant le gouvernement des États-Unis, poursuivait les négociations avec le bureau des Taliban au Qatar et que les deux parties se sont engagées à poursuivre le dialogue. Cependant, ce n’était pas la première réunion entre les deux parties. Depuis 2010, plusieurs séries de négociations ont eu lieu sur différentes questions, notamment la fin de la guerre et la paix en Afghanistan. Le fait que cette négociation se distingue de celles qui se sont déroulées à huis clos au cours des 8 dernières années est son ouverture.

Inversement, la Conférence de la Paix en Afghanistan – organisée par les impérialistes russes et à laquelle ont participé des représentants de 10 gouvernements asiatiques, les Taliban, le Haut Conseil de la Paix en Afghanistan et un diplomate américain résidant à Moscou et représentant le gouvernement états-unien- a eu lieu.

Le Conseil Supérieur pour la paix en Afghanistan est une création du régime fantoche et sert donc le régime et ses patrons impérialistes. Par conséquent, ce groupe représenta les intérêts du régime fantoche lors de la Conférence de la Paix de Moscou. Par conséquent, le refus des talibans de s’asseoir face à face avec le régime fantoche est clairement apparu. À présent, il est fort probable que dans un avenir proche une réunion plus directe entre les talibans et le régime fantoche se produira.

Dans le même temps, abstraction faite du faible rang du représentant américain à la conférence de Moscou, il est évident que les Américains ne peuvent pas se permettre de ne pas participer à de telles réunions. Ainsi, l’opposition initiale des Américains à la Conférence de la Paix de Moscou n’était pas sérieuse et a rapidement changé pour devenir un observateur. Cela montre la fracture de l’attitude monopolistique des États-Unis vis-à-vis de la guerre et de la paix en Afghanistan, illustrant ainsi la perte d’influence de l’Amérique dans la région. La proposition de reporter l’élection présidentielle du régime fantoche en signe de bonne volonté envers les Taliban est un autre signe de la faiblesse des États-Unis en Afghanistan. Bien qu’il soit peu probable que cela devienne la position officielle du gouvernement américain, même le mentionner, tout comme leurs négociations directes avec les Taliban s’approfondissent, renforcent et élargissent l’illégitimité du régime fantoche ; si cela était mise en œuvre, l’illégitimité du régime fantoche serait renforcée.

Maintenant, la question n’est pas de savoir si des négociations directes entre le régime fantoche et les talibans commenceraient ou non, puisque c’est une possibilité. Le problème est plutôt que le début des négociations ne mènerait pas automatiquement à la fin de la guerre et à l’établissement de la paix. Plusieurs années de négociations entre l’État Islamique d’Afghanistan, sous la direction de Rabbani-Massoud, et les Taliban n’ont pas abouti à la fin de la guerre. L’expérience montre que de telles négociations en Syrie et au Yémen n’ont pas encore permis de mettre fin à la guerre.

Au contraire, il est clair, même maintenant, que l’intensification objective et subjective des contradictions en Afghanistan et de la situation internationale et régionale qui en découle a entraîné des efforts en faveur de la paix comme d’un autre domaine de la lutte pour la défense de leurs intérêts impérialistes et réactionnaires en Afghanistan. Dans le même temps, même de faux ou réels efforts en faveur de la paix sont marqués par l’empêchement d’un affrontement militaire direct entre grandes et petites puissances.

Les efforts déployés aux niveaux national et international pour obtenir la prétendue paix dans les conditions actuelles en Afghanistan constituent un autre prétexte pour intensifier la guerre dans le pays, apparemment pour obtenir de nouvelles concessions lors des prochains cycles de négociations. Donc, si cette négociation devait avoir lieu à l’avenir, le processus de négociation se traduirait par une intensification de la guerre dans le but d’obtenir des concessions derrière la table des négociations. Toute cette situation ajouterait de nouvelle dimension aux conflits en Afghanistan.

Le réengagement actif des impérialistes russes dans les affaires de l’Afghanistan, par le biais de la Conférence de Paix de Moscou, n’a pas restreint le conflit, mais a compliqué davantage la situation. La Russie veut rétablir et élargir l’influence historique que les social-impérialistes soviétiques possédaient jadis en Afghanistan. En tant que facteur interne, les talibans, plus que le régime fantoche, portent la responsabilité historique d’avoir réengager les impérialistes russes, les occupants d’hier, dans les conflits en Afghanistan.

D’une part, les efforts des impérialistes américains en Afghanistan visent à soumettre l’Afghanistan et ses peuples. D’autre part, ces efforts visent à empêcher l’expansion de l’impérialisme russe et du social-impérialisme chinois en Afghanistan.

C’est une situation où l’impérialisme américain est en déclin, ses partenaires politiques et militaires s’éloignant progressivement de la superpuissance menant l’alliance. Si les puissances impérialistes européennes pouvaient établir une armée européenne, la formation d’un bloc impérialiste entre les États-Unis et la Russie serait achevée et le monde serait polarisé davantage. Cette situation ne ferait pas reculer les conflits mondiaux et régionaux, y compris les conflits en Afghanistan, mais intensifierait au contraire l’avarice des impérialistes russes envers l’Afghanistan.

Par conséquent, le problème de la guerre en Afghanistan est encore loin d’être résolu, il reste un long chemin à parcourir pour parvenir à la paix et à la stabilité dans le pays. Notre mission historique est de lutter pour mettre en avant une résistance révolutionnaire et nationale, alternative et forte contre les forces d’occupation, afin de briser le monopole de la résistance armée réactionnaire des Taliban dans la lutte contre les forces d’occupation et leurs satrapes, ainsi que de dépouiller les efforts de légitimation des occupants en s’appuyant sur le caractère historiquement archaïque de cette résistance, en particulier pour l’opinion publique américaine, afin que la résistance des peuples de l’Afghanistan, semblable à celle du peuple vietnamien, puisse déclencher un puissant mouvement anti-guerre aux États-Unis.

Traduit de Sholajawid n ° 19, novembre 2018

Source : http://www.sholajawid.org/english/main_english/translated_sh19_D4.html

Narkana

Coordinateur pour Redspark français