Le nouveau secrétaire général du PCI (maoïste) pourrait initier de nouvelles offensives de la PLGA

Un développement important qui pourrait conduire à un changement perceptible dans le mouvement révolutionnaire en Inde est littéralement passé inaperçu puisque l’ultra-secret PCI (maoïste) a réussi à garder le changement de direction secret pendant plus de 20 mois.

Le porte-parole du parti maoïste Abhay a annoncé que Muppala Laxmana Rao, alias Ganapathy, avait quitté ses fonctions de secrétaire général du PCI (maoïste) et que Namballa Kesava Rao, dit Baswaraj, avait été élu à la tête du parti révolutionnaire le 10 novembre. Cette confirmation est arrivée exactement cinq jours après que Telangana Today eut annoncé la nouvelle le 5 novembre. Abhay avait publié un communiqué de presse de deux pages dans différentes langues confirmant que Baswaraj avait remplacé Ganapathy.

Le PCI (maoïste), qui continue de mener une lutte armée prolongée pour parvenir à la Révolution de Nouvelle Démocratie en Inde, maintient un secret absolu, apparemment pour tromper les agences d’espionnage assistées par la technologie et les forces de sécurité bien équipées et pour protéger ses dirigeants. La révélation soudaine a surpris les agences alors qu’Abhay dissimulait soigneusement cette pépite d’informations dans des éloges de Ganapathy pour ses excellentes qualités de dirigeant qui ont permis au parti révolutionnaire de survivre dans les moments les plus difficiles alors que les forces de sécurité menaient littéralement une guerre contre le mouvement illégal dans des actions militaires bien coordonnées tout en réclamant avoir repris le contrôle de vastes étendues de l’arrière-pays à l’emprise maoïste.

Remplacer Ganapathy

Le communiqué de presse affirmait qu ‘”au cours des 25 années écoulées entre 1992 et 2017, Ganapathy a exercé ses responsabilités de secrétaire général… (sic)” et a mis en lumière la manière dont le plus haut dirigeant, le plus naxalite, a été remplacé.  La note de presse mentionne également que la cinquième réunion du Comité Central a discuté de la proposition de Ganapathy de se retirer et qu’après avoir accepté la proposition, elle avait décidé d’élire Baswaraj au poste de secrétaire général.

C’est dans cet esprit que le parti maoïste a révélé le changement de leadership intervenu en février 2017, les agences ayant appris par plusieurs documents maoïstes que la cinquième réunion du Comité central avait eu lieu en février 2017. Il est intéressant de noter que divers documents saisis par les agences de sécurité à travers le pays évoquaient le statut du mouvement révolutionnaire en Inde mais ne mentionnaient pas le remplacement de Ganapathy. Une discussion détaillée a toutefois été enregistrée grâce à l’utilisation des services de « camarades vétérans ». Un document de 30 pages sur les décisions prises lors de la réunion de février rappelait qu’une précédente réunion du CC en 2013 avait estimé que le comité devait prendre position sur le leadership vieillissant.

Accidentellement, la réunion du CC ne s’est tenue qu’après quatre ans. En 2017, elle a décidé de « demander aux vétérans » de se présenter volontairement, renonçant à leurs responsabilités afin que les jeunes dirigeants puissent assumer les rênes du parti. Le CC a décidé que l’expertise des vétérans devrait être utilisée de différentes manières et que le parti devait également prendre soin de ces dirigeants.

C’est dans cet esprit que Ganapathy semble avoir proposé de démissionner de son poste de secrétaire général et que ses collègues ont choisi de faire de Namballa Keshava Rao alias Baswaraj le nouveau secrétaire général. Keshava Rao est originaire du village de Jiyannapet, dans le district de Srikakulam, et a été élève de l’Université régional d’Ingénieurie (REC) de Warangal (désormais baptisé NIT-Warangal). Connu pour être extrêmement féru de technologie et tout aussi fort dans son engagement idéologique et son savoir-faire militaire, Keshava Rao dirigeait la Commission Militaire Centrale (CMC) du PCI (maoïste), tout en restant membre du Comité Central et du bureau politique.

Vieux et Malade

Il est intéressant de noter que dans le communiqué de presse ou dans les documents du CC, rien n’indique que nombre des hauts dirigeants du CC, composé de 19 membres, souffrent de différentes maladies. Ganapathy, âgé d’environ 68 ans, souffrirait de problèmes au genou en plus d’être diabétique. C’est également le cas de Kishan Da (Prashanth Bose) qui souffre de diabète et de problèmes liés à l’âge. Un autre haut dirigeant, Katakam Sudershan (Anand), souffrirait de problèmes dentaires et au genou. Akkiraju Haragopal alias Ramakrishna ou Saketh, Chandranna (Pulluri Prasada Rao), Sonu alias Abhay et Ravula Srinivas (Ramanna) étaient en bonne condition physique et ne souffraient d’aucun maux.

L’impact du changement de direction

Alors, quel est l’impact du changement de direction sur le mouvement révolutionnaire en Inde ? C’est la question qui a retenu l’attention des analystes des forces de sécurité. Connaissant les capacités militaires du nouveau chef maoïste, il est prévu que les cadres maoïstes intensifient leurs attaques militaires dans leurs places fortes. Actuellement, le mouvement naxalite du pays est dans sa pire phase, les forces de sécurité prenant le dessus et récupérant des zones dans l’arrière-pays sous le contrôle des maoïstes. Le parti révolutionnaire a également admis qu’il n’avait pas réussi à répandre la ferveur et l’activité révolutionnaires dans de nouvelles régions, et plus encore dans les zones urbaines, alors que ses places fortes se réduisaient.

Différentes couches de la société, telles que les étudiants, les travailleurs, les adivasis et les couches défavorisées qui bénéficiaient d’un soutien total se sont éloignées du mouvement naxalite, qui est maintenant confiné aux poches des forêts de Dandakaranya qui tombent dans le sud du Chhattisgarh, dans le Maharashtra, à Odisha, dans le Jharkhand, Le Bihar, le Bengale occidental, le Madhya Pradesh, l’Andhra Pradesh et certaines autres zones frontalières du Tamil Nadu, du Karnataka et du Kerala.

Une violence accélérée

La plupart des idéologues maoïstes ont toujours cru fermement à la théorie selon laquelle il est nécessaire que les révolutionnaires lancent une campagne de contre-offensive tactique intensive lorsque la répression exercée par l’État est très forte. Une telle campagne intensive dans le langage maoïste signifierait une violence accélérée sous différentes formes pour atténuer l’initiative des forces de sécurité par des embuscades, des attaques et des assassinats ciblés de dirigeants politiques afin de neutraliser l’initiative politique prise contre le mouvement maoïste.  Seule une telle campagne donnerait l’espace au mouvement révolutionnaire pour grandir disent les idéologues.

Ils prennent l’exemple de l’attaque d’Alipiri sur Chandrababu Naidu, alors ministre en chef de l’Andhra Pradesh, en 2003. L’attaque à la mine Claymore contre Naidu – lorsque la répression était extrêmement sévère – avait changé le cours de la politique à Andhra Pradesh. Naidu avait appelé des élections immédiatement après l’attaque, espérant qu’il y aurait une vague de sympathie, mais le Congrès dirigé par YS Rajasekhara Reddy s’est présenté au pouvoir après avoir promis de mener des négociations avec le parti maoïste. L’apaisement des opérations anti-extrémistes en raison du changement de scénario politique et des affirmations selon lesquelles il devrait y avoir des pourparlers avec les maoïstes a été utilisé efficacement par le parti révolutionnaire assiégé pour se réorganiser et peut-être aussi se réorienter.

Dans cet interrègne, la haute direction du PCI-ML (Guerre Populaire) a évoqué l’idée d’une fusion avec le Centre Communiste Maoïste d’Inde (MCCI) et la plus grande unification des forces révolutionnaires en Inde a eu lieu en 2004, lorsque les deux partis ont fusionné pour former le PCI (maoïste) actuel. Le résultat final est que les rebelles maoïstes ont établi leur présence de manière très efficace dans différents États et ont tellement intensifié leurs activités que l’ancien Premier ministre Manmohan Singh a dû décrire l’activité maoïste comme le plus grand danger à la sécurité intérieure de l’Inde.

Stratégies et tactiques

Et à présent, les analystes de la sécurité disent que Baswaraj est un fervent partisan de cette théorie consistant à lancer une campagne de contre-offensive tactique intensive pour émousser les initiatives anti-insurrectionnelles. Compte tenu de son histoire et de ses antécédents avérés de direction de la commission militaire et donc de l’Armée de Guérilla de Libération Populaire (PLGA), il n’est pas exclu que l’Inde assiste à davantage de violences. L’assassinat de Kidari Sarveswara Rao, un législateur tribal dans l’Andhra Pradesh, et un ancien législateur récemment à Araku, ainsi que la montée subite d’embuscades contre les forces de sécurité à Chhattisgarh pourraient indiquer cette direction. Un autre aspect intéressant de la question du changement de leadership est la raison pour laquelle le PCI (maoïste) ne l’a pas annoncé immédiatement. Un autre dirigeant maoïste du Comité d’État du Telangana a récemment affirmé que son parti n’annoncerait les changements qu’à un certain niveau, car il ne voudrait pas exposer ses dirigeants aux dangers des forces de sécurité.

On ignore encore quelles stratégies et tactiques Baswaraj utilisera pour rajeunir la base du parti rebelle. Va-t-il mettre davantage l’accent sur les actions militaires sans porter un regard critique sur les mêmes stratégies et tactiques traditionnelles dans un scénario évoluant aux niveaux politique, social et économique en Inde ? Nous devons attendre et regarder.

Source : https://telanganatoday.com/new-maoist-captain-may-go-aggressive

Narkana

Coordinateur pour Redspark français