Azaad : “Le peuple n’attend rien des élections”

Extraits d’un interview portant sur plusieurs sujets de Azaad, porte-parole du comité de la zone spéciale Bihar-Jharkhand du CPI (maoïste), par Jaideep Deogharia du Times of India.

Q. Le gouvernement dit que votre Parti est dans l’ombre et se limite à quelques districts du Jharkhand. Dans une telle situation, comment comptez-vous mettre en place votre appel au boycott des élections de la Lok Sabha ?

R. Il est vrai que nous avons subi des revers militaires. De nombreux dirigeants, y compris Sudhakar Reddy (membre du Comité Central), se sont rendus. Mais nos cadres ont une foi inébranlable en notre idéologie. Ils savent que nous n’aurons rien de ces élections. Les gens, en général, savent qu’ils n’ont rien reçu des gouvernements successifs. Manmohan Singh nous a décrits comme la plus grande menace interne. Les gens ont élu le BJP au pouvoir, mais ont davantage souffert. Ce sont les raisons pour lesquelles notre appel au boycott sera apprécié.

Q. Ne pensez-vous pas qu’un tel programme priverait le peuple du droit de choisir un bon gouvernement ?

A. Qu’est-ce que le peuple a jusqu’à présent ? Les hôpitaux n’ont pas de médecin. Les écoles n’ont pas d’enseignants. La pollution, la sécheresse et le chômage sont en augmentation constante. Le gouvernement se concentre uniquement sur la construction de routes et la mise en place de camps de sécurité pour faciliter l’extraction et le transport des minéraux.

Q. Allez-vous punir les gens s’ils ignorent votre appel au boycott ?

R. Non, nous vivons et travaillons avec eux. C’est la saison de la collecte de la Mahua et d’autres produits forestiers et ils ne perdront pas leur temps en faisant la queue devant les isoloirs.

Q. La dernière fois aussi, vous avez demandé aux gens de ne pas voter. Mais malgré cela, le taux de participation électorale était fort dans ces mêmes régions.

R. Il faut comprendre comment les pourcentages des élections sont calculés. Les responsables de l’administration locale et la commission électorale, qui agissent en tant qu’agents du gouvernement impérialiste et capitaliste du pays, gonflent les chiffres des élections. Le personnel de sécurité oblige les villageois à se rendre aux bureaux de votes et après quelques votes, les responsables de la commission électorale définissent eux-mêmes les pourcentages du scrutin. C’est clair si vous calculez combien de temps il faut à chaque électeur pour voter. Dans les régions où notre présence est importante, le vote se termine à 15 heures. Si une personne prend deux minutes pour voter, 30 personnes doivent prendre une heure pour exercer leur droit de vote. Cela signifie qu’en huit heures, seules 240 personnes peuvent voter. Comment est-ce possible que ce bureau indique alors près de 1000 votes ?

Q. Quel genre de mesures avez-vous prises pour que les gens ne votent pas ?

R. Jusqu’à présent, nous avons distribué des affiches et afficher des banderoles. Vous pouvez voir cela aux blocs [NDT: unité administrative équivalente en France aux communes] de Bundu, Ranchi, Parasnath, Dumka, Lohardaga, Latehar, Palamu, Garhwa du Singhbhum de l’ouest et dans plusieurs poches de Gaya, Aurangabad, Jehanabad et autres lieux du Bihar.

Q. On dit souvent que les commandants maoïstes disent finalement aux gens pour qui il faut voter le jour précédent le scrutin. Est-ce vrai ?

R. C’est partiellement vrai. Parfois, les commandants de comités régionaux qui ne sont pas idéologiquement et mentalement forts sont la proie des tentations des candidats, ils ne le font pas sans sanctions du parti. Ils le font pour gagner de l’argent rapidement. Après chaque élection, nous identifions ces escrocs et les punissons dans des jan adalats [NDT: tribunaux populaires].

Source : https://timesofindia.indiatimes.com/elections/lok-sabha-elections-2019/jharkhand/news/people-dont-expect-anything-from-polls/articleshow/68785856.cms?

Narkana

Coordinateur pour Redspark français