Interview Redspark #7 : Sur les mensonges de SYRIZA et les perspectives en Grèce

L’interview suivante a été réalisée récemment avec nos camarades du Parti communiste de Grèce (marxiste-léniniste). Ils débutent l’entretien en présentant leurs points de vue et quelques réflexions sur leur stratégie.

L’orientation stratégique de notre organisation est que la seule issue pour la classe ouvrière et le peuple est l’indépendance et le socialisme, ce qui nécessite une révolution pour que la classe ouvrière et le peuple puissent prendre le pouvoir. La révolution a pour tâche de détruire l’État bourgeois et de construire un État qui exprimera le nouveau pouvoir de la classe ouvrière et de ses alliés. La révolution devra non seulement affronter la bourgeoisie, mais aussi briser les chaînes impérialistes, en renversant les fondements de la double dépendance impérialiste (UE-USA). Nous soulignons que les impérialistes USA-OTAN-UE ne resteront pas inactifs face à un mouvement révolutionnaire ; ils utiliseront toute leur puissance et leurs capacités au sein de notre pays pour le réprimer et l’étouffer. La révolution devra aussi les affronter ! Cette situation a été renforcée pendant les années de l’administration de SYRIZA, par des politiques qui ont renforcé la présence politique et militaire des USA dans le pays, ainsi que celles relatives à la grille « gestion de la dette-annexation », avec laquelle la bourgeoisie a lié plus étroitement son propre avenir avec les impérialistes, qui à leur tour ont renforcé leur rôle dans le contrôle du pays.

Sur cette base, nous continuons à considérer la rupture des chaînes de la dépendance comme un objectif de caractère stratégique pour le mouvement et nous faisons référence à la sortie du pays de l’UE-OTAN et à l’expulsion des bases militaires américaines et de l’UE-OTAN.

Sans l’établissement du parti communiste révolutionnaire, la classe ouvrière et le peuple ne peuvent pas aller vers la révolution et conquérir le pouvoir politique. Mais la configuration des conditions de formation du Parti est dialectiquement liée au développement du mouvement, avec le cours de l’établissement de la classe ouvrière. Le Parti est l’expression au niveau politique de la section d’avant-garde de la classe ouvrière ; il est l’expression politique de l’hégémonie de la direction révolutionnaire au sein de la lutte des classes. Cette hégémonie doit déjà se manifester par des « signes forts » au sein de la lutte de classe afin de rendre la formation du Parti plus visible. Dans cette logique, les stratagèmes de complaisance qui se contentent de proclamer que le Parti existe non seulement ne répondent pas aux demandes réelles, mais ajoutent aussi de la confusion, des difficultés et des obstacles.

Redspark : Ces dernières années, dans toute l’Europe occidentale, de nouvelles figures ou organisations de gauche sont apparues, qui se disaient plus radicales que les sociaux-démocrates, mais en même temps plus « modernes » que les partis, telles que Podemos en Espagne, Jeremy Corbyn en Grande-Bretagne et Jean-Luc Melenchon en France ou même Bernie Sanders aux États-Unis. Beaucoup s’inspirent dans leur discours et leur tactique de ceux que SYRIZA a utilisés pour gagner en Grèce en 2004. Compte tenu de l’expérience en Grèce, que pensez-vous que ces partis et ces personnes pourront réaliser ?

Tous ceux mentionnés ont leur référence de base ou proviennent directement du mouvement dit anti-néolibéral du Forum social mondial et européen, qui a tenté d’apparaître avec une logique radicale contre les effets extrêmes du système capitaliste-impérialiste. C’était un mouvement réformiste qui avait l’illusion de pouvoir pousser à la rationalisation du système impérialiste et à l’aplanissement de ses positions les plus aiguës, en particulier sur les questions de la pauvreté et de l’inégalité économique mondiale. Ce n’est pas une coïncidence si ce mouvement s’est dissous sur le plan organisationnel vers 2003, lorsque la guerre impérialiste américaine en Irak a commencé et que les illusions se sont effondrées sous le poids de la barbarie impérialiste.

Les illusions selon lesquelles « un autre monde est possible » sans renversement révolutionnaire et que le système capitaliste-impérialiste barbare peut acquérir un « visage humain » sans la classe ouvrière, et les absurdités réformistes que les gens au pouvoir ont répétées, s’effondrent devant la cruelle réalité. Néanmoins, ils gagnent la confiance et le soutien des masses ouvrières et populaires, car la reconstruction du mouvement communiste révolutionnaire est considérablement retardée par le retard et la défaite causés par la restauration du capitalisme en URSS et en Chine. Ainsi, les illusions de toutes sortes de réformistes reviennent sans cesse, entraînant une désorientation et de nouvelles impasses, car tout ce qu’ils parviennent finalement à faire est de renforcer le système capitaliste-impérialiste dans chaque pays mais aussi globalement au détriment des intérêts de la classe ouvrière et du peuple qui ont été attaqués à plusieurs reprises par les forces capitalistes et impérialistes monopolistes dans leurs droits et dans leur vie.

SYRIZA est née de ces illusions. C’est un parti réformiste petit-bourgeois, dans lequel le courant révisionniste de l’eurocommunisme (dominant) a été uni à des groupes trotskistes, anciens membres de la social-démocratie grecque, voire à une seule organisation à référence maoïste. La création de SYRIZA au nom de « l’unité de la gauche » et sur la base d’une plate-forme politique réformiste a constitué un soutien important pour la bourgeoisie de notre pays. L’attaque anti-travailliste et anti-populaire s’est intensifiée depuis mai 2010, date de la signature du premier mémorandum, ce qui a entraîné un soulèvement ouvrier et populaire avec des grèves, des manifestations et la création du « mouvement des places ». Les mobilisations ouvrières-populaires sans précédent ont soulevé de graves problèmes politiques de gestion dans le système politique bourgeois, ainsi que pour les conquérants impérialistes. Cependant, le faible niveau de formation politique et organisationnelle du mouvement, dont la responsabilité principale incombe aux révisionnistes et aux réformateurs du Parti communiste de Grèce, ainsi que le faible niveau de développement des forces communistes révolutionnaires, ont donné à SYRIZA l’occasion de se présenter comme la solution gouvernementale qui pourrait « changer les choses ».

Avec un programme de type social-démocrate et un fort discours anti-mémorandum, ils avaient déjà demandé au peuple de la nommer comme leur gouvernement depuis les doubles élections de mai-juin 2012. [Les mémorandums sont des programmes d’aide financière accordés à l’État grec par des formations impérialistes (FMI, Banque centrale européenne, Commission européenne, tous ensemble connus sous le nom de Troïka) en échange d’un contrôle plus strict des impérialistes sur la situation économique et politique du pays. Chaque mémorandum qui a été adopté était accompagné de mesures d’austérité sévères, anti-populaires et anti-ouvrières].

En substance, il demandait aux travailleurs de se détourner de la rue, de la lutte et des revendications et d’adopter leurs illusions gouvernementales. De cette façon, il a fonctionné comme le meilleur « amortisseur » de la bourgeoisie qui a évité des vibrations encore plus grandes que celles qu’elle avait déjà connues. La contribution de SYRIZA au système, pour manipuler les travailleurs et leur esprit de combat, a également été un puissant « passeport » pour être accepté par les puissances capitalistes et impérialistes des Etats-Unis et de l’Union européenne.

Ainsi, à une époque où les conflits de classe s’accentuent et où les impérialistes se disputent la domination locale ou mondiale par des effusions de sang et le démantèlement de pays, les forces réformistes s’avèrent particulièrement utiles au système pour détourner les travailleurs et les peuples de leur perspective de lutte et de conflit.

Redspark : SYRIZA est arrivé au pouvoir avec la promesse de combattre les politiques néolibérales qualifiées de « mesures d’austérité » et de repousser les intérêts et le contrôle impérialistes en Grèce. Depuis leur élection (celle de SYRIZA), quels sont les changements intervenus en Grèce en termes d’économie et d’impérialisme UE-USA ou de présence de l’OTAN ?

Nous devons d’abord préciser que SYRIZA a formé un gouvernement après sa victoire aux élections de janvier 2015 avec le parti d’extrême droite ANEL (Grecs indépendants) qui semblait s’opposer aux mémorandums UE-FMI-BCE, mais qui était en fait un fervent partisan de la dépendance impérialiste du pays vis-à-vis des impérialistes américains et européens. C’est un parti xénophobe et intolérant envers les autres peuples et surtout envers les peuples voisins. Cette coopération gouvernementale a également montré les limites que le gouvernement SYRIZA pouvait avoir.

La politique mise en œuvre par le gouvernement SYRIZA était pleinement conforme aux objectifs des capitaux étrangers et locaux, tant en général que dans notre pays en particulier. La première période gouvernementale (janvier-juin 2015) a d’une part poursuivi la politique anti-ouvrière et anti-populiste des mémorandums du précédent gouvernement ND-PASOK, tandis que d’autre part elle a essayé de négocier avec l’UE-BCE-FMI (la soi-disant Troïka) un allègement de tout ce qui avait été imposé aux travailleurs depuis mai 2010. Les négociations avec les conquérants impérialistes étaient également une option pour les anciens gouvernements bourgeois de Papandréou (PASOK) et de Samaras (ND-PASOK). Ils ont tous échoué car ils se sont heurtés à l’opposition, en particulier de l’impérialisme allemand, avec le mandat que les mesures d’austérité devaient être mises en œuvre dans leur intégralité pour que la Grèce reste dans la zone euro. En conséquence, en juillet 2015, le gouvernement SYRIZA-ANEL a annoncé un référendum frauduleux demandant au peuple de choisir entre un faux dilemme entre « NON » et « OUI » à la Troïka et aux mémorandums. Le « NON », qui devait mettre fin aux mémorandums et qui a également été promu par SYRIZA, a recueilli une large majorité. Au lieu de cela, le lendemain du référendum et en plein accord avec le reste des partis politiques bourgeois, de nouvelles négociations ont commencé avec l’UE-BCE-FMI qui se sont terminées par le troisième mémorandum, aussi anti-travailleurs et anti-populaires que les deux précédents. Il faut noter ici que nos deux organisations, le CPG(m-l) et LA-AAS* (un front auquel nous participons), se sont activement opposées à ce référendum frauduleux avec la ligne de l’ABSTENTION afin de relancer les luttes ouvrières et la lutte anti-impérialiste.

Le troisième mémorandum a encore renforcé les liens économiques des impérialistes-prêteurs, avec la nécessité de dégager d’importants excédents fiscaux dans l’économie d’ici 2060 et de mettre en gage toute la richesse du pays pendant 99 ans à un « super fonds » contrôlé par les prêteurs du pays. La privatisation s’est ensuite étendue aux autoroutes, aux ports, aux aéroports et aux chemins de fer, qui ont été vendus à des capitaux étrangers et locaux, tandis que la même politique a été suivie dans les sociétés gazières et pétrolières.

Au cours de la même période, des mesures sévères ont été imposées avec des impôts directs et indirects aux travailleurs et à la petite bourgeoisie, ce qui a eu pour conséquence une pauvreté encore plus grande. Le chômage a commencé à diminuer, mais avec des emplois flexibles et des salaires très bas, tandis que le travail « au noir » continue d’être le fléau, surtout pour les jeunes employés. Ainsi, à partir du moment où SYRIZA déclarait qu’elle allait « démolir les mémorandums » et s’opposer à la dette insupportable du pays, elle est devenue le meilleur gestionnaire des mémorandums et a assuré le paiement sans faille de la dette aux prêteurs impérialistes. Sa seule « politique pro-populaire » consistait en quelques miettes, provenant des richesses qui allaient aux prêteurs impérialistes via les cruels et sanglants excédents fiscaux, qui étaient accordés sous forme d’avantages aux plus pauvres et non à tous.

L’administration SYRIZA, tout en renforçant les liens économiques des travailleurs avec les capitaux étrangers et locaux et les impérialistes, a également renforcé les liens politico-militaires avec l’impérialisme américain et l’OTAN. Elle s’est avérée être le gouvernement le plus pro-américain depuis 1974 (post-État) et ensuite en Grèce, même par rapport aux précédents gouvernements de droite et sociaux-démocrates. La raison de cette politique était leur supposition profondément erronée que s’ils offraient tout aux impérialistes américains, ils les aideraient contre la pression des impérialistes allemands et de l’UE dans son ensemble, mais aussi dans la compétition de la classe dirigeante grecque avec la bourgeoisie turque en mer Égée et à Chypre. Cela a renforcé la présence militaire des impérialistes américains et de l’OTAN dans le pays avec de nouvelles bases militaires et a fourni encore plus d’aide et de soutien dans leurs explosions militaires contre les peuples et les pays de la région.

Sous la tutelle des États-Unis, le gouvernement SYRIZA-ANEL a renforcé son axe réactionnaire – alliances avec des régimes réactionnaires, tels que ceux d’Israël et d’Égypte – pour la limitation de la Turquie dans le sud-est de la Méditerranée et au Moyen-Orient, abandonnant tout soutien à la juste lutte du peuple palestinien et de tous les peuples du Moyen-Orient. Avec l’ »accord de Prespa », elle a également étendu l’influence de l’OTAN et des impérialistes américains dans les Balkans avec l’adhésion de la Macédoine du Nord à l’OTAN et sa candidature à l’UE. L’administration SYRIZA-ANEL s’est avérée être le meilleur collecteur d’intérêts impérialistes dans les Balkans et le sud-est de la Méditerranée en transformant le pays en une plate-forme de guerre impérialiste, de surveillance et d’oppression de notre peuple. En même temps, il existe un risque sérieux de guerre avec les pays voisins, et en particulier avec la Turquie, et de transformation des populations et de la jeunesse en « viande pour les canons » de guerres injustes dans l’intérêt des impérialistes et de la bourgeoisie locale.

Redspark : Quel a été l’impact de l’ère SYRIZA sur la gauche en Grèce ?

Dans le cas du régime de SYRIZA, nous pensons que la déclaration du président Mao « le révisionnisme au pouvoir, la bourgeoisie au pouvoir » a été une fois de plus confirmée.

Un petit parti réformiste avec très peu de liens avec la classe ouvrière et les travailleurs de notre pays a réussi à se « lancer » sur la scène politique principale en exploitant le grand fossé de la gauche communiste révolutionnaire dans notre pays à un moment critique pour le travail et les intérêts populaires. Leurs déclarations délirantes, et surtout la facilité avec laquelle ils pensaient pouvoir s’opposer aux impérialistes et à l’establishment local, ont créé l’illusion que leur promotion au gouvernement pourrait mettre fin à l’agression anti-travailliste et américano-européenne des impérialistes américains. Le passage de SYRIZA dans les forces d’attaque des intérêts travaillistes-populistes et sa soumission complète aux diktats impérialistes ont apporté une vague de frustration, dissipé la léthargie et créé des conditions favorables au développement de vues réactionnaires et à une explosion d’anticommunisme. De larges couches populaires ont également lié la gauche au jeu politique bourgeois, complice de l’attaque des forces du système. L’expression de la frustration et de la défaite d’une grande partie de la population a également été à l’origine de la forte abstention aux élections de 2015 et de 2019.

Aujourd’hui en Grèce, la question de la reconstruction du mouvement communiste révolutionnaire est cruciale et dans cette direction le PCG(m-l) veut y contribuer de toutes ses forces. Un élément essentiel de cette lutte est la confrontation avec les forces du révisionnisme, de l’opportunisme et de l’anarchisme, qui sèment la désorientation chez les travailleurs et se subordonnent de plus en plus au système capitaliste-impérialiste à sens unique. Il est clair pour nous que cette confrontation doit avoir lieu à l’intérieur du mouvement ouvrier-populaire et pour les besoins de son développement et non pas en dehors de celui-ci dans des discussions théoriques.

L’expérience de l’administration de SYRIZA en Grèce et de sa mutation à droite est importante non seulement pour le mouvement révolutionnaire dans notre pays mais aussi au niveau international. L’effondrement des illusions selon lesquelles les problèmes du peuple seront résolus si la gauche est plus forte au parlement ou même au gouvernement ne suscite pas automatiquement la conscience révolutionnaire, mais provoque également la frustration et un sentiment de défaite dans les couches plus larges du peuple.

C’est pourquoi notre organisation insiste sur la ligne d’organisation des travailleurs et de la jeunesse dans le sens de la résistance et la revendique comme une condition nécessaire à l’émergence des forces ouvrières-populaires de lutte contre la bourgeoisie locale et l’impérialisme.

Redspark : Quelles sont, selon vous, les questions les plus urgentes, les principales contradictions auxquelles la Grèce et la classe ouvrière sont confrontées ?

La Grèce est un pays au développement capitaliste moyen, intégré dans l’UE, la zone euro et l’OTAN, avec les taux de chômage les plus élevés d’Europe, une dette publique énorme, et une classe ouvrière et un peuple qui souffrent d’une attaque généralisée tant sur leurs revenus que sur leurs droits.

La bourgeoisie locale vise à transformer le pays en un centre énergétique, une destination touristique et un centre de commerce de transit, favorisant la désindustrialisation du pays et l’étranglement du secteur agricole. Elle vend toutes les infrastructures et les richesses du pays aux capitaux étrangers en échange de sa participation au pillage des travailleurs. Elle resserre les chaînes de la dépendance impérialiste en livrant la terre, la mer et l’air aux impérialistes US-OTAN pour leurs expéditions militaires, transformant le pays en une base d’excursion et aussi en une cible de leurs adversaires impérialistes. La concurrence de la bourgeoisie grecque avec la bourgeoisie turque, toutes deux membres de l’OTAN, prend des dimensions dangereuses pour les peuples des deux pays et, par cette concurrence, on promeut un nationalisme et une intolérance qui empoisonnent nos peuples. Dans ces conditions, notre pays est l’un des « passages » des réfugiés et des caravanes d’immigrés, ravagés par les guerres et la misère, qui cherchent à sauver leur vie.

Aujourd’hui, avec le gouvernement de droite de la ND, l’attaque contre la classe ouvrière, les travailleurs et la jeunesse est à la veille de nouvelles mesures d’austérité adoptées par le parlement bourgeois, mesures qui violent le droit de grève et le fonctionnement des syndicats, violent les conventions collectives et favorisent les zones de travail exclusives et bon marché. Ces mesures renforcent également le terrorisme d’État avec la doctrine de « l’ordre public » contre la capacité du peuple à s’organiser et à lutter, tout en intensifiant les barrières de classe dans l’éducation des jeunes et surtout des enfants des travailleurs. Début octobre, le gouvernement de la DS a signé un nouvel accord avec le secrétaire d’État américain Pompeo sur le séjour indéfini et l’expansion des bases militaires américaines dans notre pays, tandis que la supervision des prêteurs de l’UE et de la BCE reste pleinement en vigueur.

Redspark : Parfois, votre organisation participe à des élections au niveau national, et d’autres fois, elle appelle à l’abstention. Quelles sont les raisons qui vous poussent à décider de participer ou non et à quel moment ? Quels autres types de travail votre organisation accomplit-elle ?

Pour notre organisation, la participation aux élections bourgeoises est une option régulière qui est toujours basée sur les conditions politiques spécifiques de notre pays et les objectifs politiques que nous voulons promouvoir. Nous y participons soit de manière autonome, soit en collaboration avec d’autres organisations de gauche. Lors des dernières élections (7 juillet 2019), nous avons participé dans toutes les circonscriptions du pays avec les slogans politiques centraux « Organisation – La résistance est la voie du peuple » et « Avec la classe ouvrière et les peuples pour l’indépendance et le socialisme ».

Les élections bourgeoises sont une bataille politique centrale dans laquelle nous nous engageons pour élever et faire connaître nos positions aux travailleurs, pour nous opposer au système bourgeois, mais aussi aux forces de la gauche réformiste. Pour nous, elle n’a jamais été la « mère des batailles », le champ dans lequel tout serait jugé, même notre existence même. C’est un processus du système politique bourgeois, fait dans ses propres termes, qui est hostile au peuple et à la Gauche.

L’attitude que nous adopterons dans chaque processus électoral est à chaque fois jugée par les circonstances particulières de l’époque, les questions soulevées ou celles que nous estimons devoir être soulevées, les besoins que nous voyons pour le mouvement populaire et sa lutte. Que nous participions ou non à une position de Blanc, d’Annulation ou d’Abstention dépend de l’attitude qui sert le mieux le message politique que nous voulons faire passer et qui favorise, selon nous, à la fois le développement des luttes populaires et la dissolution des illusions et de la désorientation parlementaires.

En ce sens, la position constante de l’abstention aux élections européennes est que nous jugeons que dans chaque élection européenne, le peuple grec doit crier « Hors de l’UE ». Un tel objectif politique ne peut être servi en participant à un processus électoral mis en place pour habiller le lynchage impérialiste de l’UE d’un costume « démocratique ».

La direction centrale de notre organisation est le lieu de transformation de la classe ouvrière pour qu’elle soit « dans une classe pour elle-même », tant en général que dans notre pays. En même temps, nous sommes d’avis que la classe ouvrière, dans notre pays, est constituée classiquement dans sa confrontation avec le capital et acquiert l’hégémonie politique dans sa confrontation avec l’impérialisme. Nous pensons qu’il ne peut y avoir de reconstruction du mouvement communiste révolutionnaire en dehors et loin du mouvement et de la lutte de la classe ouvrière et de tous les travailleurs. Sur cette base, nous sommes actifs avec les travailleurs du secteur privé ou public, cherchant à renforcer la ligne d’Organisation, de Résistance et de Réclamation contre le capital étranger et local, en contradiction avec les concepts et pratiques réformistes et opportunistes. Notre organisation est également active auprès des jeunes, en particulier dans les universités et les écoles, mais s’efforce également de se rapprocher des jeunes travailleurs. Comme les jeunes de notre pays sont confrontés à des barrières de classe pour l’éducation et à un chômage élevé, des milliers de jeunes ont migré, principalement vers l’Europe occidentale, pour étudier et travailler. Notre organisation est active dans les quartiers d’Athènes et de Thessalonique, mais aussi dans les grandes villes de la province, pour l’organisation et la lutte des gens contre les problèmes aigus auxquels ils sont confrontés dans les lieux où ils vivent.

Dans notre travail politique, nous mettons particulièrement l’accent sur la coopération frontale de gauche qui s’exprime aujourd’hui par la création de LA-AAS* et la promotion d’une action commune des organisations de gauche pour favoriser le développement du mouvement sur des questions politiques centrales.

* Résistance populaire – Coopération anti-impérialiste de gauche

Narkana

Coordinateur pour Redspark français