Joma Sison : Réponses aux questions de KODAO sur Charlie Hebdo

Question 1 : Que pensez-vous du meurtre du personnel / des journalistes / des caricaturistes de Charlie Hebdo?

JMS : Je condamne les meurtres des rédacteurs, dessinateurs et du personnel de Charlie Hebdo. Ils avaient droit à la vie et à l’expression. Ils avaient le droit à un procès équitable. Et ce n’est pas une simple question de meurtre. Leurs écrits et leurs dessins n’étaient pas une raison suffisante our les tuer.

J’exprime mes condoléances avec les parents, collègues et amis de ceux qui ont été tués. J’ai la plus profonde sympathie pour eux. Mais ma sympathie a des conditions et des limites. Je ne suis pas Charlie Hebdo. Je ne suis pas en faveur des préjugés anti-islamiques et racistes de Chalie Hebdo, des insultes, des moqueries et des défis qu’ils ont lancés contre les musulmans et les personnes de couleur.

Charlie Hebdo a le droit de s’exprimer, de critiquer et de suggérer. Mais il a également la responsabilité de respecter les droits d’autrui, qu’il s’agisse d’individus, d’organisations ou de communautés. Toute personne a le droit et la responsabilité de respecter les droits des autres. Vous jouerez avec le feu si vous blessez les sentiments de nombreuses personnes, que vous les défiez et même que vous les défiez simplement à cause de leur religion ou de la couleur de leur peau.

Question 2: Quel pourrait être l’impact mondial du massacre de Paris, dans des pays développés comme celui-ci, où les gens disent jouir d’une liberté d’expression et d’une liberté de la presse.

JMS : En France et dans d’autres pays impérialistes, des forces réactionnaires veulent exploiter l’incident de Charlie Hebdo au nom de la liberté de la presse, qualifier de terroristes les musulmans et les personnes de couleur et intensifier la répression étatique ou le terrorisme, tout en justifiant les guerres d’agression des pays impérialistes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Il est probable que la personne qui a tué le personnel de Charlie Hebdo l’ait fait sous l’emprise de la colère, du aux insultes à repetition contre le prophète Mohammad et les musulmans. Mais les impérialistes ont grossi l’incident et l’ont qualifié de terrorisme pour détourner l’attention de la population de la crise économique et du méga-terrorisme des États impérialistes à l’intérieur et à l’extérieur de leurs pays.

Un certain nombre de rapports indiquent que les frères suspects sont des membres d’Al-Qaïda ou de DAESH qui ravagent la Syrie et l’Irak. Jusqu’à récemment, DAESH était financé, organisé, armé et entraîné par des agents impérialistes américains, l’Angleterre et la France, de la même manière que les soi-disant islamistes qui ont renversé le gouvernement de Kadhafi en Libye. D’autres pensent qu’il ne s’agit pas moins que d’agents français qui sont derrière l’incident de Charlie Hebdo pour en faire un prétexte pour le terrorisme d’État impérialiste et ses fantoches.

Les véritables, les grands et les géants terroristes sont les puissances impérialistes dirigées par les États-Unis. Cela inclu la France. Des millions de personnes sont tuées et déplacées et leurs moyens de subsistance et leurs infrastructures sociales sont détruites dans leurs guerres d’agression. En raison de l’intensification de la crise, le racisme, la répression et le fascisme se dressent dans les pays impérialistes qui se vantent d’être des centres de liberté et de démocratie.

9 janvier 2015

Subscribe to Our Newsletter