C(M)PA: Quelques observations sur la Déclaration Internationale du 1er mai 2018

I

En fait, hormis les éditeurs du site web Maoist Road, aucun des signataires de la déclaration n’a eu la possibilité de commenter le contenu de la « Déclaration Conjointe des Parties et Organisations MLM du 1er mai 2018 ». En raison du boycott de la « déclaration » internationale conjointe par les partis qualifiées de « gonzalistes », Maoist Road avait suscité des doutes quant à la publication de cette déclaration. Par conséquent, cette année, le Parti Communiste (maoïste) d’Afghanistan [C(M)PA] a décidé de publier une déclaration indépendante pour le 1er mai, contrairement aux années précédentes.

Néanmoins, très peu de temps avant le 1er mai, le projet de déclaration commune avait été redigé par Maoist Road et distribué en interne, non pas dans le but de consulter d’autres partis et organisations sur le contenu de celle-ci, mais pour savoir s’ils la signeraient ou non. Malgré notre conviction que la publication interne du projet de déclaration commune de cette manière n’était pas correcte et que nous avions des réserves sur certains points de la déclaration, nous avons exprimé notre accord en signant la déclaration dans une courte lettre dans laquelle nous avons également signalé nos réserves, que nous élaborerions plus tard. Cependant, malheureusement la lettre publiée sur le site web de Maoist Road n’est pas de nous et nous ne savons pas pourquoi.

Dans la courte note envoyée à Maoist Road, nous avons écrit:

Nous avons cependant quelques commentaires [réserves] de notre côté mais nous signons le document. La traduction en persan est également incluse.
Meilleures salutations’
C(M)PA
29/04/2018

Mais la note suivante est apparue dans Maoist Road sous notre nom :

Déclaration commune – La traduction en persan
La traduction en persan est également incluse.
Meilleures salutations,
Parti communiste (maoïste) Afghanistan
Nous pouvons demander à Maoist Road

Par conséquent, nous souhaitons tout d’abord que ce problème nous soit clarifiée.

Deuxièmement, il convient de souligner qu’il faut au moins un mois à tous les partis et organisations maoïstes pour discuter et formuler des suggestions sur le projet de déclaration. Au cours de cette période, toutes les discussions et les suggestions des différents partis et organisations devraient être étudiées et analysées et, le cas échéant, elles devraient recevoir une réponse de manière à ce que tous les partis et organisations – ou une grande majorité d’entre eux – se retrouvent dans la déclaration commune.

II

Le slogan proposé dans les textes classiques est le suivant : “Travailleurs de tous les pays, unissez-vous !”

A d’autres occasions, ce slogan a été produit comme suit: Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Cette phraséologie a également été validée par Marx et Engels. Cependant, dans la plupart des déclarations, l’expression « travailleur » est plus courante. Même sur la pierre tombale de Karl Marx, il est écrit : Travailleurs de tous les pays, unissez-vous !

Après la révolution d’Octobre, en 1920, Lénine a étendu ce slogan à : Travailleurs et peuples opprimés de tous les pays, unissez-vous !

Dans ce contexte, une attention particulière aurait dû être portée à la reproduction correcte de ce fameux slogan dans la déclaration.

III

La Déclaration Conjointe des Parties et Organisations Marxistes-Léninistes-Maoïstes doit être une déclaration marxiste-léniniste-maoïste et devrait mettre l’accent sur le maoïsme en tant que troisième et plus haut stade de l’idéologie et de la science de la révolution prolétarienne ; elle devrait voir la totalité de cette idéologie et science de la révolution depuis le sommet du maoïsme.

Mais malheureusement, la « déclaration » cite des extraits du Manifeste du Parti Communiste sans aucune explication qui le rendrait approprié pour une déclaration internationale conjointe marxiste-léniniste-maoïste. Jetons un coup d’œil sur quelques points et quelques citations du Manifeste communiste dans la déclaration :

« La société entière se scinde de plus en plus en deux vastes camps ennemis, en deux grandes classes qui s’affrontent directement : la bourgeoisie et le prolétariat. »

Le Parti Communiste (maoïste) d’Afghanistan ne pense pas que les paysans représentent en réalité la moitié de la population mondiale et la principale force de la révolution mondiale, comme l’affirme la déclaration commune des huit partis et organisations maoïstes sud-américains. Cependant, nous croyons en l’existence de sociétés coloniales/semi-féodales ou de sociétés semi-féodales/semi-coloniales ; par conséquent, la société tout entière ne s’est pas scindée en « deux grandes classes directement opposées: la bourgeoisie et le prolétariat ». Au contraire, la paysannerie en tant que classe reste la principale force révolutionnaire dans les pays susmentionnés, le stade de la révolution dans de telles sociétés est donc une Révolution de Nouvelle Démocratie.

« De toutes les classes qui, à l’heure actuelle, s’opposent à la bourgeoisie, seul le prolétariat est une classe vraiment révolutionnaire. Les autres classes périclitent et disparaissent avec la grande industrie ; le prolétariat, au contraire, en est le produit le plus authentique. »

Il ne fait aucun doute que la paysannerie en tant que classe dans les pays opprimés par l’impérialisme est en conflit avec les classes compradores féodale et bourgeoise ; ce conflit dans le contexte de ces pays est un conflit révolutionnaire. Mais cette déclaration, reflétant l’époque de la rédaction du Manifeste Communiste, mentionne la bourgeoisie en termes généraux. Il convient de souligner que d’une part pendant que le capitalisme impérialiste affaiblit les relations féodales dans les pays opprimés par l’impérialisme, d’autre part il établit et reproduit des rapports de production semi-féodaux.

“Le capitalisme, analysé par Marx, qui est devenu l’impérialisme comme l’a par la suite analysé Lénine, continue de traverser une crise économique profonde et de la décharger sur les prolétaires et les peuples du monde.”

La déclaration ne dit rien du fait que Mao Zedong a développé davantage l’analyse de Marx et Lénine du capitalisme à l’ère de l’impérialisme et de la révolution prolétarienne. Cela signifie ne pas représenter la contribution de Mao Zedong dans ce domaine, et en particulier ignorer la contribution de Mao Zedong dans la théorisation du capitalisme bureaucratique dans les pays sous domination impérialiste – ce type de capitalisme que les puissances impérialistes promeuvent dans les pays opprimés – et il ignore également la théorisation de Mao Zedong du capitalisme bureaucratique révisionniste et du social-impérialisme dans les pays où le socialisme a été renversé et le capitalisme restauré.

“Contre cette situation, les prolétaires et les masses populaires se rebellent dans les pays impérialistes comme dans les pays opprimés par l’impérialisme.”

Il semble ici que, soit délibérément, soit par négligence, les paysans ne sont pas mentionnés à côté du prolétariat. Dans le contexte de pays semi-féodaux/semi-coloniaux ou coloniaux/semi-féodaux, cela revient à ignorer la force principale de la Révolution de Nouvelle Démocratie.

“Aux rébellions des prolétaires et des peuples opprimés, les bourgeoisies impérialistes et les classes dominantes qui leurs sont asservies dans les pays opprimés par l’impérialisme, opposent la répression et les massacres.”

Là encore, délibérément ou par négligence, les paysans ne sont pas spécifiquement mentionnés.

IV

“Les prolétaires et les peuples résistent et développent leurs luttes et leurs guerres populaires pour affirmer que la révolution est la tendance principale.”

La révolution, qu’elle soit ou non “la tendance principale”, est à la fois une condition objective et subjective. Dire que la révolution est la tendance principale dans le monde signifie que la contre-révolution n’est pas la tendance principale dans le monde. Mais quelle est la tendance contre la tendance de la révolution dans le monde ? Une fois, Mao Zedong a parlé de deux tendances contradictoires dans le monde : la tendance de la révolution et la tendance de la guerre mondiale impérialiste. Cependant, il est maintenant prouvé que la tendance de la guerre mondiale impérialiste n’est que l’une des formes probables de la tendance contre-révolutionnaire dans le monde, et non la totalité et la seule tendance contre-révolutionnaire.

Par conséquent, il n’est plus question de savoir si la révolution ou la guerre mondiale impérialiste est la tendance principale, mais bien de savoir si la révolution ou la contre-révolution est la tendance principale. Dans une situation où l’une des contradictions majeures dans le monde, la contradiction entre le système socialiste et le système impérialiste, a temporairement disparu et n’a pas encore resurgi – et à un moment où il n’y a pas de pays socialiste dans le monde – Peut-on dire que la révolution est la tendance principale ? Plus important encore, nous pensons que proclamer la révolution comme la tendance mondiale prédominante implique qu’elle se trouve au stade d’offensive stratégique contre la tendance contre-révolutionnaire. À un moment donné, le Parti Communiste du Pérou avait fait cette affirmation, qui était également le moment où la guerre populaire au Pérou (selon leurs propres revendications) était à un stade d’équilibre stratégique. Mais cette affirmation n’était pas vraie à l’époque et ce n’est pas non plus le cas maintenant. Ce qui était et ce qui est vrai, c’est que la tendance révolutionnaire dans le monde est à un stade de défensive stratégique. Par conséquent, la contre-révolution est actuellement la tendance principale et non la tendance de la révolution.

Ainsi, nous devrions dire : Les prolétaires et les peuples résistent et développent leurs luttes et leurs guerres populaires dans le but de renforcer la tendance révolutionnaire dans tous les pays et dans le monde entier.

V

“Sur la route de la révolution s’oppose au sein du mouvement ouvrier et populaire la voie du réformisme, la voie suivie par les révisionnistes et les sociaux-démocrates pour favoriser la réconciliation avec les gouvernements et les États impérialistes et faciliter la réalisation de leurs plans.
Devant la crise du réformisme, de la social-démocratie et du révisionnisme, de nouvelles forces électorales populistes s’avancent dans l’intérêt de la bourgeoisie et des États impérialistes, utilisant la démagogie réactionnaire pour diviser les masses et les attacher au wagon de la classe dominante. Le populisme nourrit le fascisme et le néo-nazisme.”

Le réformisme révisionniste et social-démocrate – ainsi que la démagogie électorale populiste qui alimente le fascisme et le néo-nazisme dans les pays impérialistes – au sein des mouvements ouvriers et populaires, constitue un obstacle à la révolution dans les pays impérialistes et sous domination impérialiste. Pourtant, dans les pays sous domination impérialiste, en particulier dans les pays à majorité musulmane, les mouvements fondamentalistes islamistes et pan-islamiques (en contradiction avec les forces d’occupation impérialistes ou bénéficiant d’un soutien impérialiste et liés à des puissances réactionnaires) constituent également des obstacles à la révolution. Cet important problème ne doit pas être oublié et il est nécessaire que le mouvement communiste maoïste international ait une position claire sur cette question.

VI

“La guerre populaire en Inde, qui touche directement l’un des principaux bastions de l’impérialisme et de la réaction dans le monde, est un puissant point de référence, avec les guerres populaires aux Philippines, au Pérou et en Turquie. “

Des guerres populaires existent en Inde et aux Philippines. Le mouvement maoïste international doit soutenir ces guerres révolutionnaires, en tirer des leçons et en être fier. Mais actuellement, il n’y a pas de guerre populaire au Pérou ou en Turquie. Nous ne sommes pas d’accord avec la façon dont cette affirmation sur l’existence de la guerre populaire a été formulée dans la déclaration internationale commune du 1er mai 2017, ni avec cette affirmation de la déclaration de cette année. La présence de vestiges inactifs de la guerre populaire au Pérou ne peut constituer une raison de prétendre qu’une guerre populaire existe toujours dans ce pays. De même, la présence de groupes armés liés aux maoïstes en Turquie, qui ne sont pas actifs sur les champs de bataille en Turquie, ne peut justifier l’affirmation de la persistance de la guerre populaire dans ce pays. Nous sommes convaincus que le fait d’énoncer de telles prétentions irréelles nuira à la crédibilité et à la réputation d’une déclaration internationale commune, ainsi qu’aux parties et aux organisations qui l’approuveront.

VII

“Les communistes doivent s’unir et renforcer leur unité, libérant ainsi les rangs du mouvement communiste international des tendances révisionnistes et de la capitulation, sans en même temps tomber dans la stérilité du révolutionnarisme petit-bourgeois, du dogmatisme.”

Il faut se rappeler des deux dangers – l’un étant le révisionnisme et le capitulationnisme et l’autre le dogmatisme – le révisionnisme et le capitulationnisme constituent le principal danger, mais le dogmatisme constitue également un danger important.

VIII

“La construction des partis communistes est possible seulement dans le feu de la lutte des classes en relation étroite avec les masses, en fonction de la vraie lutte révolutionnaire pour le pouvoir.”

Il convient également de rappeler que non seulement « la construction des partis communistes est possible seulement dans le feu de la lutte des classes en relation étroite avec les masses, en fonction de la vraie lutte révolutionnaire pour le pouvoir.», mais la construction de l’armée révolutionnaire et du front unique révolutionnaire n’est également possible que dans le cadre de l’action susmentionnée.

IX

Malheureusement, la déclaration du 1er mai de cette année n’a fait que mentionner le point général concernant le front international de lutte des forces marxistes-léninistes-maoïstes : « Les communistes du millénaire doivent s’unir et renforcer leur unité ». Il n’a pas mentionné la nécessité de lutter pour la construction d’une nouvelle organisation internationale maoïste qui lutterait pour la construction d’une nouvelle internationale communiste. En comparaison avec les déclarations internationales communes précédentes, ce réductionnisme constitue un grave recul injustifié et négatif.

Source: http://www.sholajawid.org/english/main_english/Some%20Observations%20on%20the%20Joint_sh17_D4.html