Interview Redspark #1 : Sur le Brexit et la Question Irlandaise

Cet entretien avec un dirigeant des Républicains Socialistes Irlandais (ISR) et de l’Action Anti-Impérialiste Irlande (AIA) est le premier d’une nouvelle série d’interviews de Redspark qui présentera une analyse MLM des événements actuels dans le monde.

Redspark : Récemment, beaucoup d’articles ont parlé du Brexit et en particulier des complications qu’il pourrait entraîner pour l’occupation du nord de l’Irlande. Quel est votre point de vue sur cette question ?

Le Brexit est une question profondément complexe.

Tout d’abord, je souhaiterai rappeler que la question de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne impérialiste a été décidée de manière démocratique lors d’un référendum. Les Républicains Socialistes Irlandais soutiennent et respectent pleinement la décision démocratique prise par la Grande-Bretagne de quitter l’UE. Nous considérons la décision de la Grande-Bretagne de quitter l’UE à la fois comme un affaiblissement de l’impérialisme européen et un affaiblissement et un isolement de l’impérialisme britannique sur la scène internationale. Nous voyons que le Brexit est en train de creuser un fossé entre l’impérialisme britannique et européen, une division qui crée des contradictions évidentes que les révolutionnaires irlandais peuvent exploiter.

Deuxièmement, les Républicains Socialistes Irlandais estiment que toute l’Irlande devrait quitter l’Union impérialiste ; c’est un élément clé de notre programme politique révolutionnaire. Par conséquent, nous considérons le Brexit comme une avancée progressiste pour l’anti-impérialisme et la lutte pour la libération nationale et le socialisme en Irlande.

Pour comprendre le Brexit dans un contexte irlandais, il est d’abord nécessaire de comprendre les conditions matérielles en Irlande.

L’Irlande est aujourd’hui divisée en deux états artificiels. Afin d’empêcher la victoire de la lutte de libération nationale en Irlande, dans les années 1920, la nation irlandaise fut divisée en deux États pro-impérialistes par la Grande-Bretagne. L’Irlande en 2019 est donc à la fois une colonie et une semi-colonie. Pour expliquer rapidement cela à vos lecteurs, l’Irlande est une colonie, car six comtés irlandais restent sous une occupation militaire directe de la Grande-Bretagne et sont dirigés par le Parlement britannique à Londres. L’Irlande est une semi-colonie parce que la Grande-Bretagne exerce un contrôle et une influence semi-coloniaux sur les 26 comtés irlandais restants, connus sous le nom d’État libre. L’État libre est également dominé par l’impérialisme européen et américain.

Le Brexit a placé la lutte irlandaise pour la libération nationale et le socialisme au premier rang des priorités nationales et internationales, car si la Grande-Bretagne quittait l’UE, les 6 comtés occupés seraient également exclus de l’UE, tandis que l’État libre resterait un membre de l’UE.

Cette situation ramènera la partition illégale de l’Irlande et l’occupation en cours des six comtés au premier plan, car elle entraînera la création d’une frontière terrestre physique, imposée par la Grande-Bretagne, entre les 6 et 26 États artificiels de comté d’Irlande.

Pour comprendre pourquoi cela est devenu tellement explosif, il est nécessaire de comprendre le rôle que l’Impérialisme britannique et l’Union européenne, soutenus par l’État libre, ont joué en Irlande au cours des vingt et une dernières années.

Il y a vingt et un ans, avec la signature de l’Accord du Vendredi saint de reddition entre l’impérialisme britannique et une ancienne section révisionniste du mouvement républicain, de nombreux Irlandais ont été amenés à croire que la question nationale avait été résolue. Cela était dû au fait que ce traité divisait le mouvement républicain, la section révisionniste affirmant qu’il existait désormais une voie pacifique vers la libération nationale et conduisant également à une réduction significative de la lutte armée révolutionnaire en Irlande. Aux termes de ce traité, vu que l’État libre et la Grande-Bretagne étaient membres de l’UE impérialiste, la frontière britannique illégale entre les six et les vingt-six comtés qui a été imposée par l’impérialisme armé est passée au second plan, et fut remplacée par les directives de l’Union européenne qui permettaient la libre circulation de la main-d’œuvre et des biens dans les États membres de l’UE.

Dans ces conditions, l’armée britannique s’est retirée des postes de contrôle frontaliers et des zones de contrôle visibles dans les six comtés occupés. Bien que les terroristes britanniques aient continué d’opérer clandestinement, de nombreuses personnes pensaient que la situation allait de l’avant.

L’Accord du Vendredi saint n’a pas mis fin à l’occupation britannique de l’Irlande. Au lieu de cela, il l’a modernisée, l’a renforcée et a assimilé les anciens révolutionnaires dans l’administration coloniale. Bien que la frontière illégale britannique continue d’exister et ait été constamment mise en lumière par les républicains en Irlande, le rôle de l’UE a permis à l’impérialisme britannique de se cacher du peuple.

Le Brexit brisera cette illusion, si bien entretenue par la Grande-Bretagne, l’État libre et les grands médias; la frontière et de l’occupation seront à nouveau claires, avec pour résultat que l’impérialisme en Irlande sera affaibli et la lutte pour la libération nationale et le socialisme seront renforcés.

Redspark : Jusqu’à présent, comment s’est déroulée la lutte dans l’État libre des 26 comtés ?

Dans l’État libre des 26 comtés, la question a évolué différemment au sein de la classe dirigeante et de la classe ouvrière.

Tout d’abord, je vais expliquer la position de la classe dirigeante de l’État libre sur le Brexit, mais encore une fois, afin de vous assurer que vos lecteurs comprennent cette position, je vais d’abord expliquer la nature de cette classe.

La classe dirigeante de l’État libre a été créée par l’impérialisme britannique. C’est une classe de garnison qui administre les 26 comtés au nom des intérêts impérialistes, principalement des intérêts des impérialismes britannique, européen et américain. Cette classe est composée de grands patrons, de grands exploitants, de propriétaires terriens, de banquiers et de promoteurs immobiliers, représentés au Parlement de l’État libre à Leinster House par des hommes politiques corrompus. Cette classe dépend totalement de l’impérialisme étranger pour sa survie et le maintien de sa position.

Historiquement, cette classe a été extrêmement fidèle à l’impérialisme britannique. Ces dernières années, elle est devenu de plus en plus pro-UE, soulevant une contradiction au sein de la classe dirigeante entre les couches de l’élite, qui sont principalement pro-britanniques et celles qui sont principalement pro-UE. L’une des contradictions entre ces sections est que le camp pro-britannique est heureux d’accepter le retour d’une frontière dure et était heureux de la surveiller avec la Grande-Bretagne dans le passé, alors que le camp pro-UE ne l’est pas et fait valoir que la seule frontière en Irlande est la mer d’Irlande.

À l’heure actuelle, la section de la classe capitaliste irlandaise favorable à l’Union européenne occupe une position dominante, mais même au sein de cette section, une forte loyauté envers la Grande-Bretagne demeure. Le Parlement de l’État libre est actuellement dirigé par un représentant de la section pro-UE, tandis que son numéro deux appartient au camp pro-britannique. Au cours des négociations sur le Brexit, l’État libre a adopté une position ferme dirigée vers l’UE, tout en maintenant la porte ouverte à la Grande-Bretagne. Une sortie britannique réussie de l’UE et la réintroduction d’une frontière physique vont mettre en évidence les contradictions entre l’État libre et l’impérialisme britannique, tout en aiguisant les contradictions des sections des classes dirigeantes de l’Etat libre entre celles principalement pro-britannique, et celles principalement pro-européennes.

Un Brexit réussi pourrait donc aussi affaiblir la classe dirigeante de l’État libre.

Pour ce qui est de la grande masse du peuple, en tant que nation insulaire, le peuple irlandais ne s’est pas traditionnellement considéré comme européen, mais comme irlandais et celtique. Bien qu’il existe une fraction de la petite bourgeoisie libérale bavarde qui s’identifie comme européenne et est majoritairement pro-UE, ce n’est pas le cas parmi la classe ouvrière. La classe ouvrière irlandaise a toujours voté contre les traités de l’UE, à tel point que les référendums ont été répétés jusqu’à ce que la classe dirigeante obtienne le résultat qu’elle souhaite. La participation aux élections européennes montre une spirale descendante croissante. Lors des dernières élections européennes de mai 2019, au cours desquelles les Républicains Socialistes Irlandais ont appelé à un boycott actif du scrutin, le taux de participation a chuté à environ 45%, certaines zones de la classe ouvrière indiquant un taux de participation de seulement 14%. C’est le cas à la fois dans les six comtés occupés et dans l’État libre. Cela allait à l’encontre de la tendance générale dans le reste de l’Europe. Cette tendance peut montrer la position de la classe ouvrière irlandaise vis-à-vis de l’UE sans même mentionner le nombre considérable de personnes parmi la classe ouvrière irlandaise qui ne sont même pas inscrites sur les listes électorales.

Le sauvetage des banques en 2008 et les mesures d’austérité imposées à l’État libre par la troïka européenne, qui, bien entendu, frappent le plus durement la classe ouvrière, ont suscité un fort sentiment anti-UE au sein des communautés de la classe ouvrière. Dans les communautés de pêcheurs situées tout autour de nos côtes, où l’UE a décimé notre industrie de la pêche locale et où les stocks de poissons irlandais sont volés par des super chalutiers européens, il serait difficile de trouver quelqu’un qui puisse dire un mot positif sur l’UE. La situation est similaire chez les petits exploitants irlandais, tandis que les gros exploitants reçoivent des aides massives dans le cadre du programme de politique agricole commune de l’UE.

Ainsi, bien que les petits bourgeois et la classe dirigeante, à des degrés divers, soient pro-européens, on ne peut en dire autant des classes ouvrières irlandaises.

En termes de Brexit, tous les sondages d’opinion et sondages récents suggèrent que jusqu’à 80% des habitants de l’État libre estiment qu’un Brexit réussi devrait déboucher sur une Irlande unie. Il est donc probable qu’un Brexit réussi se traduira par un soutien accru de la classe ouvrière irlandaise à la lutte pour la libération nationale.

Redspark : Pourriez-vous exposer les enjeux en termes de libération nationale pour l’Irlande, ainsi que pour les intérêts du prolétariat ?

En ce qui concerne le Brexit et la lutte pour la libération nationale irlandaise, nous voyons un Brexit réussi comme un affaiblissement de l’impérialisme européen et un affaiblissement et un isolement de l’impérialisme britannique sur la scène internationale. Nous pensons que le Brexit creusera un fossé entre l’impérialisme européen et britannique, ce qui engendrera des contradictions susceptibles de renforcer la position des forces révolutionnaires.

En Irlande, nous voyons qu’un Brexit couronné de succès accentuera les contradictions entre l’impérialisme britannique et la classe dirigeante de l’État libre, ainsi que les contradictions entre les sections pro-britanniques et pro-européennes de la classe dirigeante de l’État libre. Nous pensons que ces contradictions entraîneront un affaiblissement de l’impérialisme britannique et de la classe dirigeante de l’État libre en Irlande et se traduiront donc par un renforcement relatif de la lutte pour la libération nationale et le socialisme.

De plus, tout retour à une frontière physique en Irlande, qu’il est très peu probable d’éviter après le possible succès du Brexit, ramènera les questions de la partition et de l’occupation de l’Irlande au cœur des préoccupations du peuple irlandais et entraînera une augmentation inévitable du soutien à la lutte pour la libération nationale et le socialisme et aux forces révolutionnaires.

En termes de prolétariat, la classe ouvrière irlandaise est exploitée et opprimée quotidiennement par l’impérialisme européen. Notre peuple est exploité et opprimé par le vol de notre richesse et de nos ressources par les impérialistes de l’UE, par les directives de l’UE qui imposent des bas salaires, le travail précaire, des lois antisyndicales et un blocage de la négociation collective. Les intérêts de classe du prolétariat irlandais sont donc de rompre tout lien avec l’UE impérialiste et un Brexit couronné de succès nous rapprochera de cette réalité.

Redspark : Votre organisation travaille-t-elle spécifiquement sur ce problème ? Pouvez-vous développer s’il vous plaît ?

Les Républicains Socialistes Irlandais estiment que toute l’Irlande devrait quitter l’UE impérialiste. Pour faire avancer cette position, les Républicains Socialistes Iirlandais ont plaidé en faveur d’un Brexit dans les six comtés occupés et ont activement fait campagne en ce sens. Notre organisation continue de défendre cette position et de respecter le souhait démocratique de la Grande-Bretagne de quitter l’UE.

Les Républicains Socialistes Irlandais sont convaincus que le retrait total de l’Irlande de l’Union européenne constituera l’une des principales luttes pour la reconstruction de la République Socialiste d’Irlande. Pour atteindre cet objectif, nous avons lancé une vaste campagne pour un Irexit, sous le slogan IREXIT : POUR UNE RÉPUBLIQUE SOCIALISTE, et nous continuons de travailler avec d’autres progressistes pour obtenir le soutien de cette position dans les communautés ouvrières.

L’un des aspects les plus préoccupants de la campagne pour le Brexit a été les tentatives de l’extrême droite anglaise, autour de la figure haineuse Nigel Farage, d’organiser une partie de leur mouvement en Irlande et d’exploiter le sentiment anti-européen de la classe ouvrière irlandaise afin de renforcer l’impérialisme britannique au lendemain du Brexit. La classe ouvrière irlandaise a vu travers de ce jeu. Le mouvement fasciste en Irlande est minuscule et les partisans de Farage n’ont eu aucun impact sur les élections européennes. Pendant tout ce temps, les Républicains Socialistes Irlandais ont joué un rôle de premier plan dans l’organisation contre les tentatives de l’extrême droite britannique de s’organiser en Irlande, notamment en prenant des mesures directes dans la rue, et nous continuerons à faire en sorte que les fascistes en Irlande ne puissent ni s’organiser ni tenter de tromper la classe ouvrière irlandaise avec leur philosophie dangereuse.

Redspark : Le mouvement républicain en Irlande a-t-il une position unifiée sur la question du Brexit ?

Toutes les organisations républicaines conviendraient que le Brexit ne concerne que le peuple britannique et que les souhaits démocratiques exprimés lors du vote sur le Brexit devraient être respectés. Le peuple irlandais ne sait que trop bien ce que signifie que le souhait démocratique d’une nation soit subverti et nié.

En outre, toutes les organisations qui adhèrent au républicanisme socialiste conviendraient plus généralement que l’UE est un empire impérialiste et que les intérêts de la classe ouvrière irlandaise ne peuvent être défendus que par le biais d’une sortie irlandaise de l’UE. Tous les républicains socialistes souhaiteraient également la bienvenue au Brexit, un Brexit couronné de succès plaçerait la partition illégale de l’Irlande et l’occupation britannique en tête des priorités nationales et internationales et metterait ces questions brûlantes au premier plan des préoccupations de la classe ouvrière irlandaise. une fois de plus. Cela conduira inévitablement à un soutien croissant et à un renforcement des forces révolutionnaires et à la lutte pour la libération nationale et le socialisme en Irlande.

Pour les Républicains Socialistes Irlandais, c’est un bon point de départ pour construire un front uni contre l’impérialisme en Irlande. Comme le dit si bien le président Mao, « une étincelle peut mettre le feu à la plaine ».

Narkana

Coordinateur pour Redspark français