Les maoïstes sont-ils en train de renaître au Népal ?

Kamal Dev Bhattarai, écrivain et journaliste bourgeois, est l’auteur de cet article.

Le 22 février, une personne est morte et deux autres ont été grièvement blessées par l’explosion d’une bombe à l’entrée de l’office de Ncell, situé à Katmandou, la capitale du Népal. Le même jour, des bombes ont été posées visant plus d’une douzaine de tours de Ncell, une multinationale de télécommunications.

Deux jours après l’explosion, les dirigeants du Parti Communiste du Népal, dirigés par Netra Bikram Chand, ont téléphoné aux correspondants des principaux médias pour revendiquer l’explosion. Les dirigeants du parti ont déclaré qu’ils avaient attaqué l’office de Ncell pour punir la société de ne pas payer d’impôts au gouvernement népalais. Le parti a déclaré ne pas avoir l’intention d’attaquer le grand public et s’est excusé pour la mort d’un civil.

Le 6 février, la Cour Suprême du Népal avait ordonné à Ncell et à sa société mère, Axiatia, de payer une facture fiscale de 61 milliards de roupies népalaises (environ 550 millions de dollars), hors frais de retard et amendes. Le parti maoïste dirigé par Chand (le PCN Maoïste)a utilisé cet enjeu comme un prétexte pour montrer sa force. En plus d’attaquer le bureau et les tours de Ncell, le groupe a également fait exploser des bombes sur le site de construction de la centrale hydroélectrique d’Arun-3, en cours de construction par une société indienne.

Le Parti Communiste dirigé par Chand est un groupe dissident du parti Maoïste, qui a lancé en 1996 une insurrection longue de 10 ans. Le conflit qui en a résulté a coûté la vie à plus de 16 000 personnes, faisant des milliers de blessés. Des centaines de personnes sont toujours portées disparues. Depuis qu’il a rejoint le processus de paix en 2006, le groupe maoïste s’est divisé plus de quatre fois. L’une de ses émanations est le Parti Communiste du Népal dirigé par Chand, qui prétend être un parti maoïste originel. Chand et d’autres dirigeants s’opposaient en 2006 à la signature d’un accord de paix global avec des partis parlementaires.

Le principal parti maoïste, dirigé par Pushpa Kamal Dahal (mieux connu sous le nom de « Prachanda »), a fusionné avec le modéré Parti Communiste du Népal (Marxiste-Léniniste unifié) pour former le Parti Communiste Népalais (PCN). Le PCN est actuellement au pouvoir.

Chand, qui dirige actuellement un parti maoïste séparé, s’est séparé de Prachanda lorsque ce dernier a choisi de rechercher la paix et une nouvelle constitution, abandonnant ainsi le rêve de s’emparer du pouvoir par la révolte armée. Chand critiqua Prachanda, affirmant qu’il s’était rendu avec les forces révisionnistes et trahissait les cadres qui avaient contribué pendant la longue période d’insurrection.

Chand, ainsi que d’autres hauts responsables maoïstes tels que Mohan Baidya et CP Gajurel, ont exprimé leurs réserves quant à la ligne de l’intégration de l’armée et de rédaction de la constitution et ont formé un parti séparé. Plus tard, Chand quitta Baidya et Gajurel et forma son propre parti, bénéficiant du soutien de dirigeants et de cadres maoïstes radicaux.

Le Parti Maoïste dirigé par Chand est maintenant devenu un défi pour le gouvernement dirigé par le président du PCN, KP Sharma Oli, et pour Prachanda lui-même, qui est considéré comme un premier ministre en attente. Chand a été soutenu par les anciens cadres maoïstes opposés à la démocratie multipartite et à l’intégration des combattants. Son parti a boycotté les élections de la deuxième assemblée constituante (CA) tenues en 2013 et les élections à trois niveaux tenues en 2017 ; le parti s’oppose également à la constitution de 2015. Les maoïstes dirigés par Chand disent que Prachanda a abandonné le programme principal du mouvement maoïste et Chand affirme que son objectif est de réaliser le programme restant de la révolution maoïste.

Les premières années, les partis politiques ne prenaient pas Chand ou son parti au sérieux, en raison de sa faible force et de sa présence limitée. Mais avec la formation d’un nouveau gouvernement l’année dernière, il semble que le groupe dissident maoïste soit devenu un défi de sécurité pour le Népal. Au cours des derniers mois, le parti de Chand a accru sa présence et ses activités violentes dans certaines régions du pays, principalement dans les régions de l’extrême ouest et du centre-ouest, qui étaient le cœur du mouvement maoïste. Ses dirigeants et cadres alors semi-clandestins sont maintenant totalement clandestins. Les médias locaux rapportent que le nouveau parti collecte des dons d’hommes d’affaires, que ce soit volontairement ou par extorsion.

Par l’intermédiaire des médias locaux et du porte-parole de leur parti, les dirigeants du parti affirment avoir formé des forces paramilitaires, qui n’ont pas encore été rendues publiques. Récemment, les forces de sécurité ont arrêté une douzaine de dirigeants du parti maoïste en possession d’armes sophistiquées, ce qui a également suscité des inquiétudes quant à la situation en matière de maintien de l’ordre dans le pays. Le 7 mars, la police a perquisitionné la ville natale de Chand, située dans le district de Kapilbastu, et a saisi armes et munitions. Selon les médias locaux, les forces de sécurité ont saisi deux mitraillettes, 68 cartouches et trois magazines.

Certains cadres maoïstes ont été arrêtés avec des armes appartenant à l’armée népalaise pendant la période d’insurrection. Pendant l’insurrection, les maoïstes avaient capturé des armes de l’armée népalaise. Il semble que le groupe n’ait pas livré toutes ses armes au cours du processus d’intégration – certaines armes ont au moins été conservées par des dirigeants et des cadres proches de Chand.

Chand et d’autres dirigeants avaient exprimé leur mécontentement face à l’intégration de combattants maoïstes dans l’armée népalaise, que Chand avait qualifiée de capitulation. Sur les 19 000 combattants maoïstes recensés par la Mission des Nations Unies au Népal (MINUNEP), seuls 6 500 environ ont été intégrés à l’armée népalaise; le reste s’est retiré ou a disparu. Au cours du processus de vérification des armes et des combattants, certaines armes maoïstes ont été portées disparues. L’enquête des forces de sécurité montre que le parti maoïste dirigé par Chand utilise les mêmes armes.

Les principaux partis politiques qui ont rédigé une nouvelle constitution en 2015 et participé au processus doivent encore se mettre d’accord sur une position commune sur la manière de voir les nouveaux maoïstes émergents sous Chand. Après les violentes activités du mois dernier, la police a commencé à arrêter les dirigeants et les cadres, mais la manière dont le gouvernement considère ce parti n’est pas claire. Est-ce une question politique ou un problème de loi et d’ordre ? Les points de vue divergent aussi bien au sein du PCN au pouvoir que dans l’opposition. Il y a quelques mois, le gouvernement avait formé un comité pour mener des discussions avec des groupes insatisfaits, mais cela n’incluait pas de discussions avec le groupe maoïste de Chand. Cependant, le gouvernement subit de plus en plus de pression pour régler ce problème sans délai.

Baburam Bhattarai, ancien idéologue maoïste dirigeant du nouveau parti Naya Shakti Nepal, a exhorté le gouvernement à tendre la main au groupe dissident maoïste. S’adressant au Parlement le 5 mars, Bhattarai a déclaré: « Je suis inquiet parce que des jeunes énergiques soutiennent le parti dirigé par Chand. Certains jeunes soutiennent sérieusement ce groupe. Si nous ne parvenons pas à assurer la stabilité et le développement et à maintenir une bonne gouvernance, je vois le danger que le groupe obtienne davantage de force.”

Pendant ce temps, Prachanda a enfin rompu son silence sur les activités des maoïstes dirigés par Chand, il y a quelques jours, affirmant que le gouvernement chercherait un moyen de sortir de ce problème.

Mardi, une réunion du cabinet gouvernemental a déclaré le groupe maoïste dirigé par Chand comme un groupe criminel et a décidé de limiter ses activités. Avec la décision du cabinet, les forces de sécurité ont accru leur vigilance à l’égard des dirigeants et des cadres du parti. Le gouvernement est arrivé à sa conclusion après de nombreuses tentatives infructueuses de dialogue avec Chand.

Sur la voie de la paix et de la stabilité, le Népal a besoin d’énormes investissements étrangers pour réaliser ses aspirations en matière de développement et de prospérité. Les activités violentes du parti maoïste de Chand affecteront le climat de l’investissement, en particulier dans la mesure où il a ciblé les entreprises multinationales dans le pays.

Après trois décennies d’instabilité politique chronique, le Népal vient de se lancer dans un voyage de paix, de stabilité et de développement. La montée d’un nouveau groupe dissident maoïste pourrait compromettre cela.

Source : https://thediplomat.com/2019/03/are-the-maoists-rising-again-in-nepal/

Narkana

Coordinateur pour Redspark français