La vérité sur le viol et la violence sexuelle en Inde

Le 5 juillet 2011, Meena Khalkho, une adivasi de 16 ans, est sortie de la maison pour rendre visite à une amie. Mais elle n’est pas rentrée chez elle ce soir-là. Le lendemain matin, un officier de police a informé ses parents inquiets – le père Buddheshwar et la mère Guttigari – que Meena était blessée et à l’hôpital. Mais quand ils sont arrivés à l’hôpital, ils l’ont retrouvée morte.

La police a accusé Meena d’être une maoïste, une extrémiste qui a menée la guerre contre l’État. Ils ont affirmé qu’elle était morte dans le village de Nawadih, où la police s’était livrée à de violents coups de feu avec 30 à 35 maoïstes.

Cependant, les locaux nient la plainte de la police. Ils n’ont entendu que trois coups de feu ce matin-là – pas un échange intense de coups de feu. Une autopsie a révélé du sperme dans le corps de Meena. Lorsque les journalistes ont posé des questions sur la possibilité d’un viol ou d’un meurtre, le ministre de l’Intérieur du Chattisgarh, à l’époque, l’a dénoncée comme étant « habituée au sexe ».

Quatre ans plus tard, en avril 2015, une commission judiciaire créée pour enquêter sur l’affaire a découvert la vérité : Meena n’était pas une maoïste. Elle ne faisait pas la guerre à l’État. la version de la police a été fabriquée. Le rapport soumis par la commission indiquait :

les rapports sexuels semblent avoir été forcés. Outre les blessures par balle, d’autres blessures graves sont également visibles. Au cours de l’autopsie, des caillots sanguins ont été trouvés dans ses poumons et ses intestins, formés à la suite de coupures. La septième côte est fracturée. Cela montre que les relations sexuelles sur Mme Meena Khalkho ont été forcés .

La police a enlevé, violé et assassiné Meena. “Un total de 25 membres de la police, y compris un inspecteur, auraient été impliqués dans l’incident”, selon un rapport de l’Economic Times.

Meena Khalko n’est que l’une des nombreuses victimes de violences sexuelles d’une des zones de conflit en Inde.

Le plus souvent, la violence sexuelle est utilisée comme une arme de guerre ; c’est un instrument de terreur utilisé pour soumettre l’ennemi. Les femmes, dans la plupart des cas, sont victimes de violences sexuelles. Identifiant cela, il y a près de dix ans, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 1820 (2008) qui « a élevé la question de la violence sexuelle liée aux conflits à son ordre du jour au rang de menace pour la sécurité et d’obstacle au rétablissement de la paix ».

Le Secrétaire général de l’ONU a récemment publié son 10e rapport sur la violence sexuelle liée aux conflits. Il y énumère les pays où la violence sexuelle à l’égard des femmes est importante. L’Inde n’en fait pas partie. Sur le papier, le nombre de violences sexuelles en Inde est faible. Cela pourrait être dû au fait que de nombreux incidents de violence sexuelle en Inde sont souvent sous-déclarés.

Un rapide coup d’œil fournira de nombreux exemples de violences sexuelles grotesques enregistrées dans l’histoire récente. Le viol brutal de Bilkis Bano et l’assassinat des membres de sa famille après les émeutes de Gujarat en 2002 sont un cas d’espèce.

En mars 2002, pendant lAïd al-Adha, environ 20 à 30 personnes armées de faucilles, d’épées et de bâtons ont brutalement agressé et violé Bilkis (enceinte de cinq mois), sa mère et quatre autres femmes de sa famille. Ils ont tué sa fille de trois ans et lui ont fracassé la tête contre le sol. Sur les dix-sept personnes de sa famille, huit ont été retrouvées mortes. Six autres étaient « disparus ». Leur crime : ils étaient musulmans.

Bilkis était la seule femme à avoir survécu à cet incident. Selon le Bureau Central d’Enquête de l’Inde, la police a “supprimé des faits matériels et rédigé une version déformée et tronquée” de sa plainte. L’autopsie a été faite de manière à protéger l’accusé. Lorsque le BCE a pris l’affaire en main, ils ont constaté que le médecin de la morgue avait coupé la tête des cadavres afin que ceux-ci ne puissent pas être identifiés. Dix-neuf hommes ont été inculpés, dont six policiers et un médecin du gouvernement. Certains ont été condamnés à la prison à perpétuité ; d’autres ont été relachés pour “manque de preuves”.

Dans le cas de Bilkis Bano, le gouvernement et la police – ceux qui sont censés protéger et appliquer la loi – sont les auteurs du crime.

Il a fallu près de deux décennies à Bilkis Bano pour obtenir justice. Son cas peut offrir une lueur d’espoir – pour certains. Mais le fait que de nombreux auteurs de violences sexuelles et de crimes odieux contre l’humanité marchent toujours dans les rues, indemne, est préoccupant.

Babubhai Patel, alias Babu Bajrangi, est un cas typique. Membre de l’unité du Gujarat du Bajrang Dal, il a été reconnu coupable du meurtre de 97 personnes lors des émeutes au Gujarat. Il a décrit avec joie comment il a ouvert une femme musulmane enceinte, retiré le fœtus de son ventre et l’a percé sur un Trishul. Récemment, il a été libéré sous caution pour raisons médicales. Il est maintenant un homme libre.

Dans son livre Listening to Grasshoppers, Arundhati Roy cite quelques cas de violences sexuelles comme “notes de fin”. Il présente certains des actes de violence sexuelle les plus horribles commis à l’encontre des femmes :

Un médecin de la région rurale de Vadodara a déclaré que les blessés qui avaient commencé à affluer à partir du 28 février avaient des blessures dont il n’avait jamais été témoin auparavant, même dans des situations antérieures de violences communautaires. Des médecins ont été menacés pour avoir soigné des patients musulmans et soumis à des pressions pour utiliser le sang donné par les volontaires du RSS uniquement pour soigner des patients hindous. Blessures à l’épée, seins mutilés et brûlures d’intensité variable ont caractérisé les débuts du massacre. Les médecins ont procédé à des autopsies sur un certain nombre de femmes qui avaient été violées collectivement, dont beaucoup avaient été brûlées par la suite. Une femme du district de Kheda qui a été victime d’un viol collectif a eu la tête rasée et le symbole « Om » (symbole sacré pour les hindous) a été découpé sur sa tête avec un couteau par les violeurs. Elle est morte après quelques jours à l’hôpital. Il y avait d’autres exemples de « Om » gravés avec un couteau sur le dos et les fesses des femmes.

De tels incidents, des atrocités de masse – des actes de violence sexuelle – ne sont pas simplement des faits anecdotiques. Ils ne sont que la partie visible de l’iceberg, une égratignure sur la surface. La violence sexuelle en Inde est endémique, une grande partie de celle-ci n’est pas signalée par crainte de représailles de la part de l’État. Il existe d’innombrables actes de violence sexuelle en Inde dans différentes zones de conflit.

Étant donné que la communauté internationale ne parvient pas à empêcher ces atrocités de masse, le Conseil de sécurité des Nations Unies doit présenter cette année une nouvelle résolution qui, de manière importante, reconnaît la nécessité d’approches centrées sur les survivants.

Il est essentiel que les survivants de violences sexuelles en Inde consultent les organisations internationales pour traduire en justice les auteurs des crimes. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit rechercher une plus grande responsabilisation des États en insistant sur le renforcement des institutions, fonctionnant avec plus de transparence.

Gurpal Singh
Source : https://madrascourier.com/opinion/the-truth-about-rape-sexual-violence-in-india/

Narkana

Coordinateur pour Redspark français