Le gouvernement népalais a interdit le Parti Communiste du Népal dirigé par Biplav

12 mars 2019

Suite à une série d’explosions survenues dans les tours Ncell et dans d’autres lieux publics du pays, le gouvernement a interdit le Parti Communiste du Népal dirigé par Netra Bikram Chand.

La réunion du gouvernement qui s’est tenue à Baluwatar tard dans la soirée a décidé d’interdire le PCN dirigé par Chand et ses activités “criminelles”, a déclaré un haut ministre à THT après la réunion.

Selon lui, le gouvernement a conclu que le groupe dirigé par Chand s’était engagé dans des activités criminelles en faisant exploser des bombes dans des projets d’infrastructure et en perturbant la paix et la sécurité.

« Pour qui se sont-ils battus ? Combattent-ils contre une république fédérale démocratique ou existe-t-il une force régressive ? » se demandait le ministre en justifiant la décision d’interdire le parti.

Alors que le parti se livrait à des activités terroristes, il n’y a aucun moyen de le traiter politiquement, a ajouté le ministre. “Le gouvernement ne peut pas accepter leurs structures parallèles”, a-t-il déclaré, ajoutant que le parti dirigé par Chand devrait se rendre au gouvernement.

Lors de la réunion, le ministre de l’Intérieur, Ram Bahadur Thapa, a informé le gouvernement que l’équipe de pourparlers dirigée par Som Prasad Pandey n’avait pas réussi à dialoguer avec le PCN.

Même après la libération de ses dirigeants, y compris le porte-parole Khadga Bahadur Bishwokarma, le parti n’a pas répondu à l’équipe de pourparlers du gouvernement, a déclaré un ministre citant Thapa.

Après l’interdiction du CPN, Thapa est parti pour l’Autriche tard dans la soirée pour assister à la 62ème session de la Commission des stupéfiants de l’ONU prévue à Vienne le 14 mars, a indiqué une source du gouvernement.

Le gouvernement avait interdit le Parti Communiste du Népal-Maoïste dirigé par Pushpa Kamal Dahal par une ordonnance lors du conflit armé de 2002. Thapa et Chand étaient alors des dirigeants du PCN-M.

Les hauts responsables du PCN seraient entrés dans la clandestinité tandis que ses cadres se livraient à des activités violentes. Chand rejoignit plus tard le Parti Communiste du Népal – (maoïste révolutionnaire) dirigé par Mohan Baidhya, mais se sépara plus tard de Baidhya.

Gopal Kirati, président du Parti Communiste du Népal – Centre Maoïste, a déclaré que le gouvernement devrait retirer sa décision d’interdire le PCN et que le parti dirigé par Chand devrait accepter de tenir des discussions avec le gouvernement.

Source : https://thehimalayantimes.com/nepal/government-bans-netre-bikram-chand-led-party/

Narkana

Coordinateur pour Redspark français