Inde: Le nombre d’attaques maoïstes a augmenté en 2016

Les données du ministère de l’interieur indique que le nombre de décès dus a l’Extrémisme de Gauche dans le Bihar est passé de 17 en 2015 à 28 en 2016; dans le Jharkhand 55-84 et le Chhattisgarh 96-105

New Delhi: Malgré que le gouvernement ait annoncer ses plans pour freiner les efforts de l’Extrémisme de Gauche (EG) au cours des prochaines années, les statistiques racontent une histoire différente, le nombre d’attaques et de décès à travers le pays ayant augmenté l’an dernier.

Les données recueillies par le ministère de l’Intérieur montre que le nombre de décès dus au EG dans le Bihar est passé de 17 en 2015 à 28 en 2016; dans le Jharkhand 55-84 et le Chhattisgarh 96-105 sur la même période. À travers l’Inde, 221 personnes ont été tuées en 2015, contre 269 personnes en 2016.

Dimanche, le ministre de l’interieur Rajnath Singh a examiné la situation des EG dans le Jharkhand lors d’une visite du Quartier Général de Commandement Est de la Force Centrale de Securité Industrielle. Alors que Singh a déclaré que la violence transfrontalière des EG se révélaient être une pierre d’achoppement à la croissance, il a ajouté que des stratégies ont été formulées pour endiguer la prolifération des EG en Inde.

«La violence n’a pas sa place dans une démocratie. Les groupes EG doivent renoncer à la violence et laisser l’Inde progresser. Certaines forces anti-Indienne n’aiment pas voir l’Inde en croissance et donc ils ont recours à la violence et à la terreur. Cependant, nous examinons constamment la situation dans les régions touchées par les EG et c’est quelque chose que nous espérons freiner dans les deux ou trois prochaines années “, a déclaré le ministre de l’interieur Rajnath Singh à Ranchi.

Selon les documents du ministère de l’interieur, “Entre 2010 et 2015, plus de 2.000 civils et 800 membres du personnel de sécurité ont été tués par des maoïstes dans diverses régions de l’Inde.” Cependant, les fonctionnaires du ministère de l’interieur ont également ajouté que si les maoïstes ciblent le plus les communautés tribales, ils torturent et tuent brutalement ceux qu’ils soupçonnent etre des informateurs de la police.”

Le gouvernement a lancé un appel aux EG pour des pourparlers. Ce moyen a été rejeté par eux, car ils croient en la violence comme moyen de capturer le pouvoir d’Etat. Cela a abouti à un cycle vicieux de violence dans certaines parties de l’Inde. Les pauvres et les marginalisés, comme les populations tribales, sont les premières victimes de cette violence “, a déclaré un responsable du ministère de l’interieur depuis sa retraite sous condition d’anonymat.

Alors que plusieurs forces paramilitaires, comme la Force de Sécurité des Frontières (BSF) et la Force de Réserve Centrale de la Police (CRPF), sont stationnés dans certaines des zones touchées par les EG, le personnel de sécurité a déclaré que le manque de liquidités, provoquée par la démonétisation, avaient rendu les cadres des EG plus volatils.

“La démonétisation a rendu les maoïstes plus désespérée. Ils avaient commencé à cibler les populations tribales et les villageois pour pouvoir leurs extorquer de l’argent. Si quelqu’un se lève contre eux, il est abattu. Alors, les gens vivent dans la peur dans ces zones. Les maoïstes visent également des projets d’infrastructure à partir desquels ils peuvent extraire des fonds”, a déclaré un responsable supérieur de la BSF, tout en souhaitant etre anonyme.