A propos du plan de Duterte de détruire la NPA en 3 ans

1. Comme le CPP l’avait prédit dans une déclaration précédente, le régime Duterte et ses forces armées ont de nouveau avancé un délai impossible pour mettre fin à la lutte armée menée par la Nouvelle Armée Populaire. En octobre 2017, il a déclaré qu’il mettrait fin à la NPA avant la fin de 2018. En septembre dernier, la date limite a été reportée à la fin du deuxième trimestre de cette année. Afin d’éviter de paraître fous chaque année avec leur rêve irréaliste, ils ont encore reporté leur échéance, cette fois en 2022.

2. Les affirmations du secrétaire à la Défense Lorenzana concernant 11 000 capitulations sont une farce. Sur ce nombre, plus de 99% sont en réalité des civils contraints sans preuves par l’AFP de se présenter comme des « rebelles » et de se « rendre » sous le harcèlement constant et sous la menace d’être sommairement exécutés par des troupes fascistes.

Il existe de nombreux cas dans tout le pays où des prétendus capitulants ont, en fait, pris contact avec les unités locales de la NPA pour les informer des abus militaires auxquels ils sont soumis. Un grand nombre d’entre eux sont enrôlés de force en tant que paramilitaires et armés pour affronter leurs compatriotes opprimés. Ils sont conçus pour permettre à l’AFP de fournir une main-d’œuvre gratuite pour la construction de détachements, etc.

3. Duterte se vante des « pourparlers de paix localisés » et du soi-disant programme d’intégration locale E-CLIP (Programme d’Intégration Local de Coopération Renforcée), qui ne sont qu’un vaste racket où des milliards de pesos se glissent dans les poches des officiers militaires. Ces programmes sont mis en œuvre pour masquer l’incapacité du régime réactionnaire à répondre à la demande fondamentale des masses paysannes en matière de réforme agraire.

Au fur et à mesure que les officiers militaires s’engraissent, ils ordonnent à leurs troupes d’aller de combat en combat. Les fantassins de l’AFP sont épuisés par la guerre, car ils servent de chair à canon dans les offensives militaires de l’AFP. Il y a une désillusion croissante parmi eux alors que leurs supérieurs sombrent dans la corruption. L’AFP est débordée dans ses efforts vains pour réprimer la croissance nationale du NPA.

4. Contrairement aux déclarations de suppression de la NPA, c’est Duterte qui est le plus susceptible de ne pas pouvoir mettre fin à son mandat car son régime supervise l’aggravation de la crise économique et fait souffrir les populations de la détérioration des conditions sociales et de la hausse du coût de la vie. Duterte incite le peuple à opposer une résistance féroce à sa tyrannie et à son terrorisme.

5. Même avec les trois années supplémentaires, Duterte et l’AFP seront sûrement frustrés dans leur objectif d’écraser la NPA. Le rythme des offensives tactiques est à la hausse depuis le dernier trimestre de 2018. En décembre dernier, les unités de la NPA à travers le pays ont lancé une offensive destructrice au cours de laquelle elles ont saisi au moins 59 armes de haute puissance des armureries de l’AFP.

Le NPA est toujours capable, déterminé et confiante d’atteindre une puissance sans précédent dans les années à venir.

Source : https://www.philippinerevolution.info/2019/01/08/on-dutertes-new-3-year-deadline-to-end-the-npa/

Narkana

Coordinateur pour Redspark français