Week-end Lénine-Liebknecht-Luxembourg 2018

Nous avons laissé derrière nous un week-end Lénine-Liebknecht-Luxembourg réussi, en l’honneur du grand Lénine, des fondateurs du Parti Communiste d’Allemagne et en l’honneur de tous les morts de notre mouvement et du prolétariat international. Sur la base de notre expérience au cours des deux dernières années, nous pouvons maintenant élargir davantage l’étendue de nos actions, en quantité et en qualité, et ainsi, à l’avenir, organiser une commémoration digne.

La veille de la manifestation, nous avons organisé une conférence maoïste avec nos camarades allemands et étrangers. Des invités internationaux du Tjen Folket de Norvège et du Parti Communiste Maoïste de France ont fait part, dans leurs vigoureux discours, de leur développement idéologique, de leur histoire et de leur travail dans leurs pays respectifs. Une salutation des maoïstes italiens du PCm a également été lue. Ensuite, des camarades venus de l’Ouest, du Nord et de l’Est de l’Allemagne ont raconté leur lutte antifasciste à partir de leurs conditions locales concrètes, comment ils en sont venus au MLM et comment ils ont construit leurs cercles de jeunesse rouge. Puis il y a eu une brève intervention de Jungendwiderstand qui a donné un aperçu des prochaines tâches à accomplir et souligné la nécessité d’un saut organisationnel pour la jeunesse rouge, dans le but de porter l’héritage de Lénine, Liebknecht et Luxembourg. Plus tard, un puissant discours des communistes maoïstes qui nous a été envoyé a été lu, il a concrétisé le chemin de la révolution en Allemagne. Le discours a été lu avec enthousiasme par les orateurs et s’est terminé par l’acclamation des slogans :”Honneur et gloire aux martyrs !” et “Tout pour le peuple, la classe et le Parti !”.

La conférence a été caractérisée par l’optimisme prolétarien, le réseau de solidarité dans l’esprit de l’internationalisme prolétarien et de l’unification nationale et représente donc une partie importante des événements du Week-end en souvenir des Martyrs.

Le soir, nous avons célébré notre propre événement culturel dans les locaux du quartier de Neukölln. Inauguré par un discours concomitant, un délégué de chacune des organisations MLM a pris la parole; Revolutionary Praxis d’Angleterre et Irish Socialist Republicans d’Irlande, ont présenté leurs organisations et ont transmis leurs salutations. Puis le rap révolutionnaire de nos rappeurs à Berlin: Masur & Crudelis, Detweiler et Taktikka. Pendant ce temps, il y avait de brèves représentations des discours de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht. Plus tard, une chorale allemande a chanté la vieille chanson du KPD / ML (Parti Communiste d’Allemagne / Marxiste-Léniniste) “Auf ihr Arbeiter, Brüder” (À vos travailleurs, frères). Après cela, un chœur impressionnant de camarades norvégiens de Tjen Folket accompagné d’une guitare, ont joués leurs propres compositions et la chanson partisane “Bella Ciao”. Plus tard, les camarades français ont chanté la chanson centrale du mouvement maoïste en France, “Les Nouveaux Partisans”, chanson préférée du camarade Pierre récemment décédé, important penseur MLM et dirigeant du parti. L’événement s’est terminé avant minuit avec des slogans tonitruants et le chant multilingue de l’hymne commun de notre classe: L’Internationale. Plus de 70 personnes ont assisté à la soirée culturelle. La présence de masses du quartier était particulièrement gratifiante. L’événement dans son ensemble a démontré à quel point notre culture peut devenir une arme de lutte, surtout notre rap révolutionnaire, alimenté par une profonde haine de classe, qui est un instrument que nous utiliserons à nouveau l’année prochaine.

Le dimanche matin, notre bloc s’est placé près de celui de plusieurs organisations turques / kurdes. En rangs disciplinés par quatre, nous avons établi un bloc approprié pour ce jour sous nos bannières, avec des slogans intenses, un uniforme et une attitude militante.

Il est connu que nous avons décidé de nous opposer à la ligne et à la direction du mouvement national kurde. Cependant, notre bloc n’a pas hésité a intervenir quand la police a encore une fois harcelé le groupe kurde du bloc Antifa, frappant les gens et procédant à des arrestations pour avoir déployé des banderoles.

Notre bloc avança et a fait preuve de solidarité d’une manière pratique et offensive avec les opprimés. Malheureusement, plusieurs camarades ont été arrêtés plus tard, ont dû passer jusqu’à un jour derrière les barreaux de l’ennemi et font maintenant face à des accusations hypocrites, tel que “tentative de libération de prisonniers”, blessures graves, résistance, perturbation de l’ordre public et insultes. Nous savons que ces intimidations, comme tant de fois, sont inutiles et la reddition n’est une option pour personne. Nous donnons à ceux qui sont touchés par la répression notre promesse de travailler avec plus d’énergie et de dévouement pour servir et combattre.

Malgré les sbires du système, nous n’avons pas été laissés de côté, nous avons réussi à éviter plus d’arrestations et d’attaques dans notre bloc grâce à un comportement organisé et discipliné et une action judicieuse et tactique. Avec cela, nous voulons également souligner et féliciter la résistance solidaire du “Bloc Révolutionnaire” qui s’est joint a nous!

Un autre drapeau avec la faucille et le marteau a été agité dans le vent à ce moment-là. Au moment de l’attaque de l’État contre le bloc Antifa, la secte de Hambourg a agi comme elle le fait toujours dans de telles situations : tenant leurs masses a l’écart, fuyant le conflit, tout en envoyant deux personnes agiter leurs drapeaux pour maintenir un semblant de participation et prendre des photos.

La secte de Hambourg apparaît de nouveau cette année comme si elle avait une pertinence politique, principalement à travers le groupe qu’ils ont récemment annexé de maniere parasite. Sa vantardise l’année dernière, sur la question de la direction du mouvement de résistance politique : “En RFA, en général, ce problème est fondamentalement résolu” et sur la “lutte et le temps” qui mèneraient le mouvement communiste international à travers intrigues et mensonges contre Jugendwiderstand, ne s’est converti en rien de plus que de l’air chaud.

Nous avons terminé nos activités dans cette manifestation Lénine-Liebknicht-Luxembourg comme ces dernières années, en nous dirigeant vers les tombes des martyrs. Là, un des camarades a prononcé un discours nous exhortant à être disciplinés, prêts à sacrifier et à être optimistes pour la prochaine année de lutte, et encore une fois, en honorant les déchus, nous chantions ensemble l’Internationale. Notre week-end pour les martyrs s’est complété par la marche vers le cimetière socialiste, mais cela ne s’est pas arrêté là.

Au-delà de la surveillance policière, nous sommes retournés à Neukölln, notre quartier. Là nous avons à nouveau formé notre rang, les bannières ont été redéployées et les drapeaux ont été levés pour faire une courte et puissante manifestation spontanée afin que les noms des martyrs prolétariens et la tradition de classe se dressent sur le quartier rouge de Neukölln.

La manifestation était la bienvenue à Neukölln. Les résidents locaux se sont joints spontanément, la manifestation a été reçue par certains d’entre eux avec des drapeaux et plus tard, il y avait des éloges adressés aux jeunes pour leur activité. Cela confirme une nouvelle fois le lien étroit entre Jugendwiderstand et Neukölln, entre les masses populaires du quartier et les révolutionnaires, que nous renforcerons, étendrons et solidifierons pour l’année prochaine.

Grâce à cet accent nouveau et puissant, le week-end s’est terminé correctement. En gardant notre parole vivante avec la manifestation spontanée, nous avons fait vivre les martyrs au combat d’une manière militante. Nous les emmenons là où ils ont vécus, se sont battus et où ils sont finalement tombés : parmi leurs frères de classe.

Nous croyons que nous avons la grande tâche de réaliser une commémoration digne, un travail encore mieux organisé que les précédents. Nous avons organisé une conférence pour lutter pour la reconstitution du KPD dans la tradition directe des martyrs et des fondateurs du parti et pour débattre en son nom des tâches concrètes et urgentes du présent et pouvoir ainsi aller de l’avant. Rien d’autre ne peut être dans l’esprit de Rosa et Karl, parce qu’ils étaient communistes et militants.

Nous avons organisé un événement culturel pour donner une forme concrète, traditionnelle et appropriée à la commémoration. Les discours, les citations choisies, les slogans et les chants ouvriers traditionnels ont fourni un caractère sérieux et communiste à l’événement, tandis que les performances de rap portaient toute leur attention sur la culture actuelle, l’événement, malgré son sérieux, n’était ni périmé ni dépassé . Après tout, à quoi bon se complaire dans la nostalgie et devenir le prochain club d’interprètes arbitraires de l’histoire, si nous ne pouvons créer pour la jeunesse le grand sacrifice des communistes et des révolutionnaires déchus ?

Nous avons agi comme des révolutionnaires dans la manifestation. Nous pouvons dire, sans être présomptueux, qu’avec ce comportement, nous étions quelque chose comme un correctif de ce qui est offert, la plupart du temps, dans la majorité des démonstrations. Un correctif qui résume en quelques mots ce que devrait être une manifestation communiste : ordonnée et en marche disciplinée, avec des tâches clairement réparties, avec une participation active, féroce, préparée au combat et, surtout, idéologiquement claire. En ces temps d’opportunisme débridé et de révisionnisme, le plus important est que le bloc, qui se réalise pour la troisième fois sans ambiguïté et avec fierté, portant les 5 classiques du marxisme, croisse et gagne en vitalité et en discipline.

Nous saluons tous les camarades, hommes et femmes, qui, avec nous, ont transformé ces jours en victoire.

Gloire et honneur aux martyrs, leur héritage est notre combat !

Source: Jugendwiderstand